Un haut niveau de stress conduit irrémédiablement à une élévation des niveaux de cortisol. Le cortisol fait partie des stéroïdes qui sont des hormones produites à partir du cholestérol. Il est produit dans la partie dénommée cortico-surrénale, au niveau du cortex de la glande surrénale.
Ses principales fonctions concernent la régulation de la glycémie, la régulation du métabolisme des lipides, des protéines et des glucides, l’inhibition de certaines réponses du système immunitaire et la régulation du rythme circadien. Concernant ce dernier point, c’est le synchroniseur environnemental qui est le cycle jour–nuit qui détermine la production de cortisol et de mélatonine (l’hormone du sommeil). En effet, chez l’adulte, la sécrétion de mélatonine augmente quand celle de cortisol diminue. La sécrétion de cortisol est à son maximum entre six heures et huit heures du matin pour faciliter le réveil puis elle diminue au cours de la journée, afin de laisser la place à la sécrétion de mélatonine en soirée, pour être presque nulle en milieu de nuit, avant de réaugmenter pour atteindre un nouveau pic le lendemain matin.
Ainsi, les personnes sujettes au stress chronique vont avoir tendance à continuer de sécréter du cortisol en soirée, ce qui maintient un état de stress, perturbe la production de mélatonine donc l’endormissement. Il existe donc un lien, même s’il n’est pas le seul, entre excès de cortisol et insomnie.

 

Stress, insomnie trop de cortisol

 

Effets négatifs du cortisol sur le sommeil

Des niveaux chroniquement élevés de cortisol vont épuiser les niveaux de sérotonine. Or, la sérotonine est un neurotransmetteur qui induit un état de bien-être et de sérénité, ce qui fait que ses niveaux insuffisants, en pareil cas, ne permettent plus de contrer le cortisol.
Mais ce n’est pas tout, la sérotonine est le précurseur de la mélatonine, la fameuse hormone du sommeil, ce qui signifie que cette dernière est produite à partir de la sérotonine. Or, si la sérotonine vient à manquer, la production de mélatonine sera moindre et le sommeil s’en trouvera donc perturbé.
Si le cortisol réduit les niveaux de sérotonine, il augmente ceux du GABA pour compenser. Ce n’est pas si mal me direz-vous car le GABA est un neurotransmetteur qui exerce une puissante action de relaxation et favorise donc très clairement le sommeil. Sauf qu’en cas de stress chronique, la production de GABA, sur stimulée par des niveaux élevés de cortisol, s’en trouve perturbée avec le temps et le phénomène d’insomnie finit par s’aggraver sous l’effet du stress permanent.

 

Tester ses niveaux de cortisol

Le test salivaire des niveaux de cortisol demeure le plus pertinent. Sans les résultats d’un tel test, il n’est pas possible d’affirmer que les insomnies d’une personne sont bien dues à des niveaux élevés de cortisol.
Pour que le test salivaire de cortisol soit pertinent, il convient de réaliser plusieurs prélèvements par tranches de 24 heures. Typiquement, un prélèvement le matin au réveil, un autre en milieu de journée et un dernier en soirée.
En cas de problème de régulation de la production de cortisol, la personne concernée aura des niveaux de cortisol inverses à ce qu’ils devraient normalement être, c’est-à-dire faibles le matin (d’où souvent la sensation d’avoir du mal à décoller pour aborder la journée) et élevés le soir, ce qui perturbe la détente favorable à l’endormissement et à un sommeil de qualité.
En général, cette inversion des niveaux de cortisol survient dans le cadre d’une fatigue des glandes surrénales.
Si vous suspectez, chez vous, un problème dans le cadre de la production de cortisol, je vous invite à consulter votre médecin afin qu’il vous prescrive les analyses adéquates en vue d’en avoir le cœur net.

 

Abaisser ses niveaux de cortisol

Il convient de commencer par fournir un support basique des glandes surrénales en utilisant un complément multivitamines–multi minéraux, une supplémentation accrue en vitamine C afin de soutenir un régime alimentaire visant à stabiliser les taux de sucre sanguin et qui comprend au moins trois repas, chacun incluant 20–25 g de protéines (les protéines aident à réguler la glycémie), des lipides adéquats (avec une préférence pour les graisses saturées), pas de sucre ou autres glucides raffinés.

 

Un des compléments les plus appropriés pour réduire les niveaux de cortisol est la phosphatidylsérine : elle est très sûre et n’est pas addictive. La phosphatidylsérine est un lipide que l’on trouve dans les membranes des cellules de notre organisme et qui aide à réduire les niveaux de cortisol. Ainsi, prendre un supplément de phosphatidylsérine avant le coucher peut aider votre organisme à réguler les taux élevés de cortisol qui ont pu être provoqués par des niveaux élevés de sucre sanguin, provoquant une réaction de stress dans votre organisme et pouvant vous maintenir éveillé(e) toute la nuit. Je recommande sa prise environ 30 minutes avant le coucher afin de s’assurer que votre organisme aura le temps de l’exploiter. Commencez avec 100 mg avant d’éventuellement augmenter le dosage. Mais avant ceci, assurez-vous d’en référer à votre médecin lorsque vous êtes tenté(e) de prendre un supplément pour lutter contre l’insomnie. Il est important de savoir exactement d’où provient le problème avant de commencer à le traiter.

 

Nous avons vu dans un paragraphe précédent que le cortisol épuise les niveaux de sérotonine, ce qui signifie que rehausser les niveaux de cette dernière peut s’avérer pertinent. Pour ce faire, il peut être envisageable de se supplémenter en tryptophane qui est un précurseur de la sérotonine. Mais pourquoi ne pas se supplémenter directement en 5–HTP qui est la forme intermédiaire entre le tryptophane et la sérotonine ? Tout simplement parce que curieusement le 5-HTP augmente les niveaux de cortisol. Il est possible de commencer par une prise de 200 mg de tryptophane 30 minutes avant le coucher. Pour que l’organisme puisse produire convenablement de la sérotonine, il convient de s’assurer que les niveaux de cofacteurs (des substances annexes et indispensables) soient suffisants. Ces cofacteurs sont : les folates (idéalement sous forme 5-MTHF), la vitamine B6 (idéalement sous forme P5P) et le zinc (idéalement sous forme amino-chélatée). Attention : si vous prenez un traitement à base d’antidépresseurs, il est risqué de se supplémenter en tryptophane compte tenu du risque de syndrome sérotoninergique qui peut être induit. Là encore, parlez-en au préalable à votre médecin.

 

La nature a mis à notre disposition des plantes permettant la réduction des niveaux de cortisol. Le basilic sacré peut être d’un grand secours en ce cas, tout comme les champignons Reishi et l’écorce de magnolia. Concernant cette dernière, il existe une formulation spécifique nommée RELORA qui est particulièrement efficace si ce n’est que son prix est somme toute assez élevé.
D’une manière générale, l’acupuncture et les plantes spécifiques des glandes surrénales devraient toujours être considérées, notamment lorsque le cortisol est élevé à la fois au cours du jour et de la nuit.

 

La réduction des niveaux de cortisol implique de réduire les prises de caféine, d’alcool et d’autres substances provoquant un accroissement de ses niveaux. C’est également le cas d’une pratique sportive trop intense (surtout en fin de journée) et de repas trop riches et copieux notamment lorsqu’ils contiennent de fortes proportions de glucides raffinés.
D’une manière générale, évitez les facteurs de stress multiples et variés de notre époque : sonneries de portable et autres notifications, jeux vidéo, films violents et à suspense le soir, utilisation tardive de la tablette. À propos des corrections en terme d’hygiène de vie en cas d’insomnie, je vous invite à vous référer à cet article consacré à la fatigue des glandes surrénales.

 

En vous souhaitant une bonne nuit réparatrice !

 

Références

1. Cortisol Connection: Tips on Managing Stress and Weight – Christine A. Maglione-Garves, Len Kravitz, Ph.D., and Suzanne Schneider, Ph.D. – https://www.unm.edu/~lkravitz/Article%20folder/stresscortisol.html
2. CHRONIC INSOMNIA AND STRESS SYSTEM – Maria Basta, M.D., George P Chrousos, M.D, Antonio Vela-Bueno, M.D, and Alexandros N Vgontzas, M.D – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2128619/
3. Eliminating the Top Causes of Insomnia : Neurotransmitter Deficiency and Cortisol Excess – https://www.moodcure.com/pdfs/Townsend-Letter-NNTI%20article.docx.pdf
4. How Phosphatidylserine Blocks Cortisol for Insomnia, Sleep and Weight Loss – http://nootriment.com/phosphatidylserine-cortisol/
5. Tulsi – Ocimum sanctum: A herb for all reasons – Marc Maurice Cohen – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4296439/
6. Effect of Magnolia officinalis and Phellodendron amurense (Relora®) on cortisol and psychological mood state in moderately stressed subjects – Shawn M Talbott,corresponding author Julie A Talbott, and Mike Pugh – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3750820/

 



Vous aimerez également...


 



Ne manquez aucun nouvel article !

Likez et abonnez-vous à la page Facebook du blog PleineSantéNaturelle. A très bientôt !





Envie d'être au Top & en Pleine Santé ?

Recevez gratuitement dans votre boîte mail les annonces & astuces santé réservées aux membres !

Dans le cadre de la nouvelle réglementation européenne RGPD, j'autorise le site www.pleinesantenaturelle.com à enregistrer mon adresse email
Lettre d'information trimestrielle. Votre adresse ne sera pas transmise à des tiers.

 


Stress, insomnie : trop de cortisol ?

5
Poster un Commentaire

3 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mercier

Bonsoir quel médecin consulter pour faire un test salivaire ? Car mon médecin ne veut pas entendre parler de fatigue de glande surrénales ..

Han

Bonjour,
Je n’ai pas très bien compris lorsque le Gaba, lors d’excès de cortisol, était sur stimulée quels sont les effets et les conséquences? Comment cette sur stimulation provoque des insomnies?
D’autre par, le 5-HTP augmenterait le cortisol du coup, il faudrait l’éviter et prendre uniquement le tryptophane?
Merci d’avance.
Cordialement;
Anna

Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up