Ca y est, les beaux jours sont enfin là et l’engouement pour les régimes minceur est de retour. On voit fleurir, chaque année dans les kiosques, des magazines vantant les mérites des derniers régimes à la mode et qui fonctionnent du tonnerre, bien entendu…
Sauf qu’on sait maintenant, depuis plusieurs décennies, que globalement les régimes minceur ne fonctionnent pas. Ou plutôt, si, ils fonctionnent mais pas dans la durée : on assiste en effet souvent à une perte de poids rapide mais qu’il est très difficile de maintenir…

Alors pourquoi les régimes minceur ne fonctionnent-ils en général pas ? Et du coup, qu’est-ce qui fonctionne et pourquoi ?

 

Régime minceur : ce qui fonctionne vraiment - représentation d'une assiette de salade composée posée sur une table en bois.

 

Pourquoi ça ne fonctionne pas toujours bien

Physiologiquement parlant, les régimes minceur ralentissent la perte de poids

Ca peut sembler contre intuitif et pourtant : lorsque vous mettez en place un régime minceur, il se produit un stress conséquent pour l’organisme. En effet, dans pareille situation, vous allez produire des taux élevés de cortisol et d’adrénaline qui sont des hormones du stress. Or, ces hormones en excès amènent votre corps à abaisser sa propension à brûler des calories.
Votre organisme va percevoir cet apport calorique réduit comme une menace à la survie et sa mission va consister à vous garder en vie le plus sainement et le plus longtemps possible. Aussi, il va abaisser la dépense énergétique en ce sens.

Enfin, dès que vous reprenez une alimentation somme toute normale, il se produit le fameux effet yo-yo où votre corps se dit : “Génial ! Voici de nouveaux apports caloriques et on va stocker tout ça en prévision d’une éventuelle future famine (un régime minceur en fait) !”

 

Les régimes minceur n’entraînent pas de changement durable

Vous pouvez tout à fait changer vos habitudes alimentaires pendant une semaine ou deux ou même parfois un mois ou deux, mais le plus souvent, les changements induits par un régime minceur sont des changements externes : “Mangez ceci mais pas cela !” est important mais se limiter au type de nourriture que vous ingérez seul ne crée pas nécessairement un changement durable car cette réforme ne touche pas aux croyances, aux modèles et aux comportements enracinés qui influencent vos choix et habitudes alimentaires.
Si un régime minceur se concentre uniquement sur les choix alimentaires et n’aborde pas le “pourquoi”, vous vous retrouvez coincé(e) à travailler uniquement en surface.
Pour envisager des changements durables de vos habitudes alimentaires, il convient d’explorer pourquoi vous mangez, comment vous mangez et malgré tout, quand même, ce que vous mangez.
La psychologie de l’alimentation est donc à considérer. C’est-à-dire : l’état d’esprit que vous avez lorsque vous vous mettez à table est une clé de votre relation à la nourriture et à votre corps.

 

Les régimes minceur sont contraignants et donc pas fun du tout

Qui dit régime minceur dit privation ! En effet, on a l’impression qu’il y a surtout une liste  d’aliments que vous devez éviter si vous voulez réussir.
Le régime minceur restrictif vous oblige ainsi à avoir de la volonté et une capacité à respecter les règles. Il s’agit là d’une attitude contraignante et dure qui n’est franchement pas drôle. Il n’y a ainsi pas de plaisir et surtout pas de joie à assainir son organisme.

Il n’y a pas de facilité, vous êtes dans le contrôle et donc pas dans le lâcher-prise et l’espoir. Ceci a pour conséquence d’induire un environnement de stress dans votre organisme et comme nous l’avons vu ci-dessus, il s’ensuit une augmentation de la production du cortisol et de l’adrénaline qui ralentissent votre propension à brûler les calories. Vous créez donc les conditions exactes qui rendent la perte de poids difficile…

 

Les régimes minceur ne tiennent pas toujours compte de votre nature profonde

Vous avez essayé par vous-même de nombreux régimes minceur qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Vous décidez donc de vous tourner vers un spécialiste de la nutrition qui va vous concocter un régime minceur individualisé. Mais ce spécialiste va-t-il prendre en compte votre nature profonde ?
En Ayurveda (la médecine traditionnelle indienne), on distingue trois types de nature profonde (appelés Dosha) basée sur de très nombreux critères. Or, l’approche ne sera pas la même d’un Dosha à l’autre. Aussi, il convient au préalable de déterminer à quel dosha vous appartenez et d’ajuster le régime minceur en fonction.

A noter que dans nos contrées, il existe des tests de profilage métabolique mais qui n’amènent pas à une vue d’ensemble aussi complète que celle proposée par l’Ayurveda.

 

Les régimes minceur ne tiennent pas compte de l’inflammation de votre organisme

Vous êtes déjà sûrement au fait de ce concept d’inflammation qui est étroitement lié à celui d’équilibre acido basique de l’organisme. On trouve de nombreuses ressources sur le Web dont certaines sur ce blog.
Notre alimentation et notre mode de vie ont tendance à diminuer le pH de votre organisme et le rendre acide. Or, acidité de l’organisme et inflammation sont étroitement liées.
Au cours du phénomène d’inflammation, votre organisme va accroître la production d’histamine, ce qui va avoir pour conséquence une prise de poids par rétention d’eau. En outre, une production prolongée d’histamine va entraîner une production accrue de cortisol qui elle va entraîner un impact négatif sur d’autres hormones telles que la progestérone ou les œstrogènes.
On en arrive donc à un chamboulement dans tous les sens de l’équilibre hormonal entraînant ainsi une prise de poids et une difficulté à en perdre…

 

Les régimes minceur ne tiennent pas compte de la toxémie

Le terme toxémie renvoie à une idée d’intoxication de votre organisme. Je peux comprendre que le terme intoxication soit fort mais c’est bien de cela dont il s’agit car nous vivons malheureusement dans un environnement contaminé et tous le monde est concerné.

Alors, en quoi la toxémie influence-t-elle la prise de poids et la difficulté à en perdre ?

C’est somme toute assez simple et je considère qu’il s’agit là d’une des principales raisons de la difficulté à perdre du poids dans la durée à notre époque :

Quand l’organisme est saturé de toxines qui doivent être évacuées, quand les organes émonctoires ne fonctionnent pas à leur plein potentiel pour diverses raisons et bien, votre organisme se doit de trouver une solution pour limiter l’impact négatif des substances toxiques. C’est-à-dire qu’il va tout simplement encapsuler les toxines dans les cellules graisseuses afin d’annuler leur contact et leur impact sur les tissus vitaux. Votre organisme met en place ce stratagème pour se protéger…

Voici une autre raison qui fait que les régimes minceur trop rapides n’apportent pas de bons résultats : En effet, votre organisme, afin d’assurer sa survie va consumer vos cellules graisseuses afin d’en tirer de l’énergie. Le problème c’est que ce phénomène va entraîner un relargage de toxines qui y étaient emprisonnées (ceci provoque d’ailleurs des maux de têtes, de l’irritabilité ou du malaise). Ces toxines vont de nouveau se retrouver en circulation et votre organisme devra une fois de plus les neutraliser et devinez comment ? En les encapsulant dans les cellules graisseuses dès qu’il aura l’opportunité de le faire. Il s’agit là d’un cercle vicieux…

Afin de comprendre ce phénomène en image, je vous renvoie vers l’image d’illustration d’un article de sante-nutrition.org.

 

Alors, que faut-il envisager pour perdre du poids durablement ?

Ne pas être pressé(e)

Nous avons vu qu’un régime minceur est contraignant et qu’il est difficile de maintenir un tel niveau de contrainte dans la durée. Une des clés est d’avoir un niveau de contrainte relativement faible et confortable.
Ceci permet d’envisager un régime minceur plus soutenable qui limite le stress infligé à l’organisme. Il s’agit donc de viser des résultats moins importants et moins rapides mais sur la durée.

 

Tenir compte de votre nature profonde

Il s’agit donc de déterminer quelle est votre nature profonde afin d’envisager le régime minceur le plus approprié. Pour savoir quelle est-elle, vous pouvez vous tourner vers l’Ayurveda ou éventuellement vers un test de profilage métabolique.

 

Limiter l’inflammation

Comment faire ? En prenant des anti-inflammatoires naturels ? Pourquoi pas mais ça ne peut se faire qu’en parallèle d’une alimentation et d’une hygiène de vie limitant l’inflammation.
Pour ce qui est de l’alimentation, vous pouvez contrôler l’équilibre acido basique de votre organisme grâce à l’indice PRAL. Et pour ce qui est de l’hygiène de vie, c’est très simple : vous devez essentiellement limiter le stress et les émotions négatives

 

Réduire la toxémie

Je considère, comme je l’ai déjà mentionné, qu’il s’agit là d’une des principales clés de la réussite d’un régime minceur : envisager une détox digne de ce nom.
Là encore, il faudra de la patience dans la mesure où une détox doit se faire en douceur. En effet, une détox entraîne un relargage de toxines dans l’organisme et il convient de ne pas excéder le rythme et les capacités de celui-ci.
Il s’agira donc de faire preuve de prudence car il n’est pas seulement question de résultats mais de votre santé : une détox mal faite peut faire bien plus de mal que de bien. Tournez-vous dans ces cas-là vers un spécialiste…

 

Refaire le plein d’enzymes

Des études ont montré que les personnes en surpoids manquent cruellement d’enzymes capables de dégrader les lipides.
Une augmentation de la consommation d’aliments riches en enzymes tels que les aliments fermentés ou les graines germées est à envisager. Sinon, se tourner vers une supplémentation en enzymes de la famille des lipases.

 

Déterminer les causes émotionnelles de la prise de poids

Celles-ci peuvent être multiples et varient d’un individu à l’autre mais voici ce qu’écrit Jacques Martel dans Le grand dictionnaire des malaises et des maladies à propos de l’excès de poids :

L’excès de graisse que mon corps emmagasine entre mon être intérieur et le milieu extérieur m’indique qu’inconsciemment je cherche, je veux m’isoler, dans ma communication avec l’extérieur ou encore, qu’il existe une émotion ou un sentiment prisonnier, « isolé » à l’intérieur de moi, que je ne veux plus voir.
Par mon obésité, je cherche une forme de protection que j’accumule continuellement dans mes pensées profondes. Il y a un fossé entre moi et le monde extérieur.
Je veux tellement aimer et m’approcher des gens que j’aime mais j’ai tellement peur ! Je camoufle ainsi mon insécurité d’être exposé, d’être vulnérable et ainsi, je veux éviter d’être blessé soit par des remarques, par des critiques, soit par des situations qui me seront inconfortables, notamment par rapport à ma sexualité.
Si j’ai vécu une situation traumatisante par rapport à la sexualité (je peux avoir seulement eu peur ou il peut s’être passé quelque chose aussi au niveau physique), cela pourra se traduire chez la femme par une prise de poids au niveau des cuisses et des hanches comme pour « protéger » d’une agression les organes génitaux, et les hommes auront tendance à avoir un ventre bien rond pour que leurs organes génitaux soient moins en évidence.
Il peut s’agir aussi de toute situation, même non sexuelle, où je sens qu’on m’agresse (a- graisse).
Je peux aussi interpréter mon excès de poids comme étant le fait que je veux tout posséder.

J’entretiens donc des émotions comme l’égoïsme et des sentiments que je me refuse de laisser aller. Je me cramponne au passé.
Cela peut aussi être un déséquilibre, une révolte par rapport à l’entourage, une réaction à des gestes, à des situations que je ne veux plus voir ou dont je ne veux plus me souvenir.
La nourriture terrestre représente aussi une nourriture émotionnelle. Donc, je vais manger excessivement pour combler un vide intérieur, l’impression qu’on m’a délaissé ou pour compenser la solitude ou l’isolement que je vis.
Je reste inconsciemment dans la dépendance, dans le besoin de l’autre. Je veux cacher la honte et l’agressivité que je vis par rapport à une situation.
Je préfère parfois déguerpir, disparaître pour ne plus souffrir. Je déteste les « impondérables » dans ma vie » de même que toutes les choses qui me sont imposées. Cependant, je sens, moi, le besoin de m’imposer pour m’affirmer ou pour faire peur aux autres qui risquent alors de partir et me laisser en paix.
Je peux vivre une grande insécurité tant au niveau affectif que matériel, et j’ai inconsciemment besoin d’emmagasiner afin d’éviter toute « pénurie » ou « manque » qui pourrait survenir. Je veux « avoir tout », au cas où… Ce manque peut avoir été vécu dans l’enfance et souvent par rapport à la mère, elle qui était mon lien direct avec la nourriture et la survie (tétée). Si un bébé a un surpoids, la mère le nourrit beaucoup. Il peut développer un réflexe de demande permanente, comme s’il ne pouvait jamais être assouvi. La mère a un désir, même inconscient, de rester en fusion avec son bébé, et il aura de la difficulté plus tard à se détacher de sa mère.
L’obésité arrive souvent après un grand choc émotionnel ou une perte importante, et le vide vécu devient très difficile à supporter. J’ai perdu ma contenance. Je vis un grand sentiment d’abandon, un vide intérieur. Je me sens souvent coupable du départ ou de la perte d’un être cher. Cet abandon peut être vécu par rapport à une personne mais aussi par rapport à une chose non physique par exemple l’entreprise que j’ai dû abandonner, à laquelle j’ai dû renoncer pour des raisons personnelles. J’ai dû abdiquer et cela me brise le coeur. J’ai dû abandonner un projet qui m’était cher (par exemple avoir un enfant), et je peux me considérer comme lâche ou comme un perdant. J’ai aussi l’impression de perdre le contrôle sur une situation ou une personne. Je ne suis plus connecté à la matière. J’ai l’impression que « je ne fais pas le poids » dans une certaine situation.
Je cherche un but à ma vie, je cherche à accomplir quelque chose de bien. J’ai de la difficulté à prendre ma place avec mes paroles et mes gestes.
Je le fais donc en prenant plus de place avec mon corps physique. De plus, je me dévalorise par rapport à mon apparence physique : une légère « imperfection » ou quelques kilos gagnés vont prendre à mes yeux des proportions gigantesques et je ne peux plus voir et apprécier mes qualités et mes attraits physiques. Mettant toute mon attention sur ce qui est disgracieux, mon corps se mettra à réagir à cela en ajoutant encore et davantage de poids pour me faire réaliser combien je suis dur envers moi-même et combien je me détruis, simplement par mes pensées négatives.
Le fait d’effectuer des exercices et de faire une diète ne sera pas suffisant pour maigrir car je dois prendre conscience de la vraie source de mon excès de poids, qui résulte habituellement d’une situation d’abandon.
Que je sois un enfant ou un adulte, je prends conscience que je me rejette moi-même. Je peux avoir l’impression de me sentir limité par rapport à différents aspects de ma vie ou à ce que je veux réaliser. Ce sentiment de limitation fait que mon corps prend de l’expansion, et absorbera un surplus de poids. Aussi, si je suis une personne qui accumule des pensées, des émotions ou des choses, mon corps « accumulera » lui aussi mais sous forme de graisse. Je dois me demander quels sont les bénéfices que je retire du fait d’avoir un surplus de poids. Quelles sont les activités que je peux ainsi éviter parce qu’elles me font peur ?
Quelles sont les personnes de qui je reste éloigné ? Ai-je l’impression d’avoir moins le contrôle ou moins de pouvoir dans certains domaines de ma vie, et cela est-il bien ainsi car cela implique que j’ai moins de responsabilités et que je peux moins m’investir personnellement ?
Un autre aspect très important à prendre en considération est : quel est le danger qui me guette si j’atteins mon poids idéal ? Un exemple peut être une femme qui, une fois avoir perdu du poids, sera plus attirante aux yeux des hommes et sera placée dans des situations où elle devra dire non fréquemment aux avances faites par ces derniers. Elle pourra ainsi se sentir en danger de perdre sa liberté, son espace, elle devra apprendre à s’affirmer, ce qui est peut-être très difficile dans certains cas. Le fait d’être attrayante peut aussi réveiller le stéréotype « beau corps mais rien dans la tête » d’où la peur qu’on ne me trouve pas intelligente. Donc, si mon cerveau a détecté un danger face au fait de perdre du poids et d’avoir une belle silhouette, dès que mon corps est dans une situation où il est sur le point d’aller puiser dans ses réserves de gras, un signal d’alarme est lancé afin de neutraliser ce besoin. Il y aura à ce moment une demande pour l’absorption de calories qui va empêcher d’aller puiser dans ces réserves de graisse. Je peux sentir une baisse d’énergie significative car tous les efforts de mon corps sont déployés afin de garder mon poids stable ou même à l’augmenter, si nécessaire.
Mon corps résiste tout comme moi dans certaines situations de ma vie. Le poids est souvent relié à la notion de force. Une personne avec un surpoids est appelée communément « une personne forte » ou de « forte taille ». Ai-je l’impression que je dois être fort(e) pour survivre ou réussir dans la vie ? Dois-je être plus imposant physiquement pour pouvoir être en mesure de m’imposer dans mes relations et faire fuir les « prédateurs » ? Est-ce ma façon d’agir pour que les gens me voient, me repèrent facilement car sinon, je passerai inaperçu ? Est-ce que je fais le « contre-poids » dans une situation qui semble désavantageuse pour une des parties ? Ou peut-être je « ne fais pas le poids » dans une certaine situation. Si la raison de mon surpoids est due à un « métabolisme lent », mon insécurité me rend trop prudent, ce qui m’empêche de passer à l’action.

J’accepte d’exprimer mes émotions, de reconnaître ma valeur et toutes mes possibilités. Je sais maintenant que tout vide que j’ai l’impression de vivre dans ma vie peut être rempli par de l’amour et des sentiments positifs envers moi-même. Par mon acceptation de moi-même et des autres, avec l’amour dont je m’entoure, je me libère donc de cette peine et de ce besoin de protection.



Vous aimerez également...


 



Ne manquez aucun nouvel article !

Likez et abonnez-vous à la page Facebook du blog PleineSantéNaturelle. A très bientôt !





Envie d'être au Top & en Pleine Santé ?

Recevez gratuitement dans votre boîte mail les annonces & astuces santé réservées aux membres !

Dans le cadre de la nouvelle réglementation européenne RGPD, j'autorise le site www.pleinesantenaturelle.com à enregistrer mon adresse email
Lettre d'information trimestrielle. Votre adresse ne sera pas transmise à des tiers.

 

Catégories : Alimentation

Régime minceur : ce qui fonctionne vraiment

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des
Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up