1. Accueil
  2. /
  3. Alimentation
  4. /
  5. Pleins feux sur les algues

 

Nous sommes nombreux de nos jours à apprécier ou simplement avoir goûté les fameux makis, ces rouleaux d’algue Nori garnis de riz vinaigré.
Il y a, depuis maintenant une dizaine d’années, un véritable engouement venu du Japon pour les algues et pour cause, ces légumes de la mer regorgent de vertus pour la santé car remplis d’antioxydants, de nombreux minéraux et d’un large éventail de vitamines.
Intéressons-nous aujourd’hui à cet aliment absolument fascinant…

 

Pleins feux sur les algues !

 

Les différents types et variétés d’algues

Les algues comestibles peuvent être classées en trois catégories : les brunes, les rouges et les vertes. Les plus consommées et recherchées sont les algues brunes telles que le varech et le wakame, suivies par les algues rouges (auxquelles appartient la fameuse Nori des makis).
Il y a, au Japon, une véritable tradition multiséculaire autour de l’algue et ce pays en a fait une véritable forme d’art, employant plus de 20 espèces différentes pour la réalisation de plats.
La variété la plus consommée est le Kombu (ou petit varech) que l’on trouve dans la soupe miso ou enroulée autour d’un sushi.

 

Les vertus des algues

Riches en précieux nutriments

Les vertus pour la santé des algues constituent le principal engouement de leur consommation.
Les algues sont riches en magnésium qui participe à plusieurs centaines de réactions et processus au sein de l’organisme.
On y trouve également du potassium qui contribue à la régulation de la pression artérielle ainsi qu’au contrôle des niveaux de cholestérol en association avec l’acide aminé taurine.
Elles contiennent de la vitamine B1 dont il est reconnu qu’elle peut aider à combattre la dépression et la fatigue tout en favorisant le fonctionnement cognitif.
Les algues contiennent également des acides gras essentiels, de multiples vitamines avec des niveaux particulièrement élevés de vitamine C, D, E et K. Des fibres solubles ainsi que de nombreux minéraux tels que le sélénium, le calcium, le nickel, le brome, le chrome, le cuivre, le zinc, le bore, le soufre et surtout l’iode.
Malgré l’ajout d’iode dans le sel de table, nous sommes en Occident particulièrement carencés car cette forme d’iode est très difficilement assimilable par l’organisme, ce qui n’est pas le cas de l’iode contenu dans les algues (le Wakame en particulier).
L’iode est d’une importance cruciale pour le bon fonctionnement de la glande thyroïde qui participe à la fonction hormonale. Une thyroïde déficiente peut entraîner un large éventail de symptômes tels que de la fatigue, de la faiblesse musculaire, de la dépression.et des affections médicales comme le goitre (un gonflement de la glande thyroïde qui étend sa surface afin d’être en mesure de capter un maximum d’iode), des palpitations cardiaques et des troubles de la mémoire.
1 g d’algue brune contient environ 5 à 50 fois l’apport quotidien recommandé (200 microgrammes qui de l’avis de nombreux médecins est franchement insuffisant compte-tenu de son rôle essentiel dans le bon fonctionnement de nombreuses fonctions vitales). Les variétés rouges et vertes en fournissent un peu moins mais en sont riches malgré tout.

Enfin, les algues sont une extraordinaire source d’antioxydants et contribuent ainsi à prévenir l’inflammation donc de nombreux troubles tels que l’arthrite, la maladie cœliaque, l’asthme, la dépression et l’obésité.

Soutiennent la fonction cardiaque

Grâce aux fibres qu’elles contiennent, les algues soutiennent la fonction cardiaque. Selon un rapport publié dans le journal of nutrition, le wakame a permis de limiter l’hypertension artérielle chez l’animal. Une étude de l’université de Kyoto a montré que les fibres de l’algue brune ont permis d’abaisser la pression sanguine et de réduire le risque d’accident vasculaire cérébral chez des animaux prédisposés à des problèmes cardio-vasculaires. Peut-on pour autant extrapoler ces résultats à l’être humain ?
Une étude de 25 ans sur les habitants d’Okinawa, célèbres pour leur extraordinaire longévité, a montré qu’ils possèdent des artères globalement en excellent état et des faibles niveaux d’homocystéine (une substance nuisible au cœur). Cependant, il convient de noter que les habitants d’Okinawa sont aussi de grands consommateurs de fruits et de légumes et il est donc difficile d’affirmer que toutes ces vertus pour la fonction cardiaque proviennent uniquement des algues.

Propriétés favorables à la détox

Une étude de l’université Mc Gill au Canada a montré que les algues représentent une aide précieuse pour désintoxiquer le corps du strontium radioactif. Certes, il est peu probable que vous soyez concerné(e) par un excès de strontium radioactif au sein de votre organisme mais les algues permettent également d’aider à désintoxiquer les métaux lourds tels que le mercure, le cadmium et le plomb qui eux sont bel et bien présents dans notre environnement, dans la nourriture et parfois l’eau de boisson.
Ces propriétés favorables à la détox impliquent qu’il faille s’assurer que les algues que vous consommez proviennent d’une source fiable car il ne faudrait pas que celles-ci soient contaminées. N’hésitez pas à demander aux fournisseurs les bilans des analyses des algues qu’ils commercialisent.

Facilitent et améliorent la digestion

Des chercheurs de l’université de Newcastle ont étudié une substance que l’on trouve dans les algues brunes, l’alginate et ont constaté qu’elle aide à renforcer le mucus qui protège les parois intestinales, à ralentir la digestion ce qui contribue à renforcer l’effet de satiété et à libérer plus lentement l’énergie contenue dans les aliments permettant ainsi d’éviter des pics glycémiques.
Une étude portant sur la flore fécale de femmes japonaises a montré qu’une consommation élevée d’algues est favorable à l’augmentation du nombre et à la bonne santé de bactéries bénéfiques dans l’intestin.
En outre, les enzymes que les algues contiennent aident à la digestion des aliments, en particulier les légumineuses.

Soutiennent la fonction hormonale et reproductrice

Les algues sont particulièrement riches en lignanes dont une des propriétés consiste à prendre la place des œstrogènes chimiques qui peuvent prédisposer à des cancers et le cancer du sein en particulier. En dehors de cet aspect préventif, les algues pourraient donc représenter un allié de choix pour les femmes pré-ménopausées.
Un document publié par l’université d’Harvard précise que la consommation de varech pourrait être un facteur pertinent dans la proportion moindre de cancer du sein au Japon.
Des études sont en cours afin de bien démontrer cet effet protecteur.
En ce qui concerne la libido, il a été montré que les algues la favorisent tant chez les femmes que chez les hommes de par le manganèse de haute qualité qu’elles contiennent. Ensuite, leur haute teneur en vitamine B2 fournit une assistance dans la production hormonale.
Enfin, la haute teneur en vitamine E des algues aide les hommes à produire des spermatozoïdes sains dans la mesure où celle-ci contribue à neutraliser les radicaux libres.

 

Comment les consommer ?

En dehors des sushis, il y a quantité de manières d’inclure les algues dans votre alimentation.
Vous pouvez en faire des salades, des soupes ou la saupoudrer sur les aliments ou encore les inclure dans les desserts.
Les recettes à base d’algues sont particulièrement nombreuses et il existe ainsi de nombreuses ressources sur le net à ce sujet.

 

Références

1. MacArtain P, Gill CIR, Brooks M, Campbell R, Rowland IR. (2007) Nutritional value of edible seaweeds. Nutrition Reviews 65:535-543
2. The consumption of seaweed as a protective factor in the etiology of breast cancer: proof of principle – Jane Teas,corresponding author Sylvia Vena, D. Lindsie Cone, and Mohammad Irhimeh – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3651528/
3. Assessment of Japanese iodine intake based on seaweed consumption in Japan: A literature-based analysis – Theodore T Zava1 and David T Zava – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3204293/
4. Effects of seaweed supplementation on blood glucose concentration, lipid profile, and antioxidant enzyme activities in patients with type 2 diabetes mellitus – Min Sun Kim, Jung Yun Kim,1 Woong Hwan Choi, and Sang Sun Lee – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2815322/
5. A role for dietary macroalgae in the amelioration of certain risk factors associated with cardiovascular disease – M. Lynn Cornish, Alan T. Critchley and Ole G. Mouritsen – http://www.phycologia.org/doi/abs/10.2216/15-77.1?journalCode=phya
6. Brown Seaweed as a Breast Cancer Preventive – https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01204957
7. Bioactive alginates and macronutrient digestion – https://theses.ncl.ac.uk/dspace/handle/10443/2460
8. The effect of Fucus vesiculosus, an edible brown seaweed, upon menstrual cycle length and hormonal status in three pre-menopausal women: a case report – Christine F Skibola – http://bmccomplementalternmed.biomedcentral.com/articles/10.1186/1472-6882-4-10
9. Seaweed and sexual health benefits – http://www.naturalnews.com/042037_seaweed_sexual_health_natural_medicine.html
10. Cumashi A, Ushakova NA, Preobrazhenskaya ME, D’Incecco A, Piccoli A, Totani L, Tinari N, Morozevich GE, Berman AE, Bilan MI, Usov AI, Ustyuzhanina NE, Grachev AA, Sanderson CJ, Kelly M, Rabinovich GA, Iacobelli S, Nifantiev NE. (2007) A comparative study of the anti-inflammatory, anticoagulant, antiangiogenic, and antiadhesive activities of nine different fucoidans from brown seaweeds. Glycobiology 17:541-542
11. Shin HC, Hwang HJ, Kang KJ, Lee BH. (2006) An antioxidative and anti-inflammatory agent for potential treatment of osteoarthritis from Ecklonia cava. Archives of Pharmaceutical Research 29(2):165-171

 

Pleins feux sur les algues
Noter cet article

Vous aimerez également...


Catégories : Alimentation

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

  Subscribe  
Me notifier des
Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up