L’hypertension artérielle est un trouble de la santé courant mais à considérer dans la mesure où sa non prise en charge peut conduire à des maladies cardiaques et entraîne un risque accru d’accident vasculaire cérébral. Ceci dit, une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie peuvent aider en ce cas. En effet, des aliments appropriés, de l’exercice physique permettent de gérer efficacement le stress et ainsi d’aider à réduire la pression artérielle.

 

Hypertension artérielle des solutions naturelles

 

Le régime alimentaire influe sur la pression artérielle

Avez-vous un régime alimentaire riche en céréales et pauvre en graisses ? Si oui, c’est dommageable dans la mesure où cette combinaison alimentaire favorise l’hypertension artérielle.

La recherche médicale a publié en 1998 une étude dans la revue médicale Diabetes qui précise que deux tiers des sujets ayant une pression artérielle élevée était résistant à l’insuline. Une résistance à l’insuline est directement attribuable à un taux élevé de glucose sanguin et est imputable à la consommation de sucre, de céréales et en particulier si le sujet concerné n’a pas une pratique sportive régulière. Cette étude a donc révélé un lien éventuel entre diabète et hypertension artérielle.

Il faut savoir que l’insuline participe au stockage du magnésium dans l’organisme. Si les récepteurs de l’insuline sont perturbés, les cellules peuvent développer une résistance à l’insuline. Ainsi, il n’est pas possible pour l’organisme de stocker le magnésium qui se retrouve pour le coup expulsé par l’urine. Le magnésium a pour propriété de détendre les tissus. Ainsi, si votre taux global de magnésium est trop faible, vos vaisseaux sanguins ne pourront se détendre correctement et auront ainsi tendance à rétrécir, ce qui va provoquer une augmentation de la pression artérielle.

En conséquence, normaliser le taux de glucose sanguin aidera à normaliser la pression artérielle. Au sujet des sucres alimentaires, veuillez noter que le fructose est celui qui provoque le plus de tension artérielle.

Une des premières mesures à prendre est d’e réduire ou même d’éliminer toutes les céréales de votre alimentation, les différents sucres dont le fructose en particulier jusqu’à ce que votre pression artérielle ainsi que votre poids, par la même occasion, soient normalisés.
Au sujet des céréales, il convient d’exclure tout type de pain, les pâtes, le maïs mais aussi les pommes de terre ou le riz qui provoque des pics d’insuline donc de pression artérielle comme nous l’avons vu.
La digestion du fructose engendre une production de déchets mauvais pour votre organisme dont l’acide urique. Cet acide provoque une élévation de la pression sanguine en inhibant l’oxyde nitrique dans vos vaisseaux sanguins. Or, l’oxyde nitrique aide vos vaisseaux sanguins à conserver leur élasticité donc des niveaux insuffisants de celui-ci conduisent à une augmentation de la pression artérielle.
De nombreuses études ont montré qu’un taux d’acide urique élevé conduit à l’hypertension. L’acide urique est également un déchet produit par la digestion des viandes, la viande rouge en particulier.
Pour en revenir au fructose, la médecine suggère de ne pas dépasser 25 g par jour. Il s’agit là d’une recommandation générale et je vous incite à vous méfier des sources cachées de fructose que l’on trouve dans la plupart des boissons et de nombreux aliments transformés du commerce.
En terme de correspondance, trois bananes, 100 g de raisins secs et seulement quatre dattes contiennent 25 g de fructose. Attention, il ne s’agit pas d’éliminer les fruits, surtout pas, mais d’être attentif à leur teneur en fructose.

Une autre mesure consiste à normaliser le ratio entre oméga 3 et oméga 6. Ces deux acides gras sont essentiels à votre santé. Cependant, les populations occidentales ont désormais un régime alimentaire contenant trop d’oméga 6 et pas assez d’oméga 3. Consommer plus d’oméga trois représente une des meilleures manières de re-sensibiliser vos récepteurs à l’insuline si vous souffrez justement de résistance à l’insuline.
On trouve des oméga 6 dans le maïs, le soja, l’huile de carthame et l’huile de tournesol. Si vous consommez beaucoup de ces huiles, je vous invite à en réduire la consommation. Les oméga 3, quant à eux, se trouvent dans l’huile de lin, l’huile de colza, l’huile de noix et les poissons gras (sardine, maquereau, saumon bien que je n’aie pas vraiment tendance à recommander ce dernier compte-tenu de sa concentration en métaux lourds). Je vous invite donc à choisir des sources sûres de poissons gras. Veuillez noter, qu’au sujet du maquereau, celui pêché dans l’océan Pacifique Sud contiendrait moins de mercure que celui pêché dans l’Atlantique. Ceci dit, une bonne manière d’apporter des oméga 3 consiste à se supplémenter en huile de krill ou en huile de poissons. Là encore, il conviendra de bien choisir ses sources et de choisir des produits micro-filtrés afin que ceux-ci soient exempts de mercure.

La mesure suivante consiste à éliminer la caféine. Le lien entre caféine et hypertension est désormais bien admis et il existe de nombreuses preuves qui montrent que la consommation de caféine peut aggraver votre condition si vous souffrez d’hypertension artérielle. En outre, la caféine fonctionne comme une drogue et peut avoir un puissant effet sur votre physiologie. Je conviens qu’il peut être difficile d’éliminer la caféine mais pour ce faire, essayez de le faire progressivement sur une période de plusieurs jours (ou même semaines) afin d’éviter des symptômes de sevrage tels que des maux de tête.

Ensuite, je vous invite à accroître votre consommation d’aliments fermentés. La flore intestinale semble admettre un lien avec la santé cardiaque. Si votre flore intestinale est perturbée, le risque de développer des troubles cardiaques et d’autres troubles chroniques s’en trouve accru.
Aussi, incluez davantage d’aliments fermentés tels que la choucroute, les légumes lacto-fermentés, le yaourt, le kéfir de fruits ou de lait et le Natto. Un avantage supplémentaire des aliments fermentés est que beaucoup d’entre eux sont une excellente source de vitamine K2 dont l’une des fonctions consiste à prévenir l’accumulation de plaques d’athérome au sein des artères.

 

L’exercice physique est primordial

D’une manière générale, l’activité physique est reconnue comme étant une puissante aide à la résolution de nombreux troubles dont l’hypertension. Mais quelle que soit la raison qui vous motive à faire de l’exercice, vos efforts seront récompensés.
L’exercice physique est favorable à long terme pour les personnes ayant une pression artérielle élevée. Tout programme d’exercice physique en ce sens devrait incorporer de la course fractionnée pour une à trois séances par semaine. Il a été prouvé que la course fractionnée est plus efficace que la traditionnelle course d’endurance lorsqu’il s’agit de réduire le risque d’accidents cardiaques.

Si vous êtes résistant à l’insuline, il est favorable d’inclure des exercices de force à votre programme d’exercice physique. Lorsque vous travaillez des groupes musculaires, vous augmentez le flux sanguin vers ces muscles. Ainsi, une bonne circulation sanguine permettra d’accroître votre sensibilité à l’insuline.
Avant de vous lancer dans un programme d’exercice physique, je vous invite à consulter votre médecin qui sera à même de déterminer l’intensité en terme d’exercice physique que vous pouvez vous permettre.
La prise de L-Arginine, un acide aminé, peut-être combinée à l’exercice physique. En effet, il a été montré que cet acide aminé aide à corriger le fonctionnement anormal des vaisseaux sanguins chez les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque chronique.
La L-Arginine fonctionne en interaction avec l’oxyde nitrique que nous avons évoqué plus haut et participe ainsi à la relaxation et à la détente des vaisseaux sanguins, réduisant ainsi la pression artérielle globale.

 

Optimisez vos niveaux de vitamine D

Saviez-vous qu’en règle générale la pression artérielle est plus élevée durant les mois d’hiver que durant ceux d’été ?
La lumière du soleil admet une influence sur la pression artérielle de plusieurs manières :

L’exposition au soleil entraîne la production de vitamine D. Le manque de lumière du soleil réduit donc les stocks de vitamine D et entraîne une augmentation de la production d’hormones par la glande parathyroïde et ces hormones provoquent une élévation de la tension artérielle.
Une carence en vitamine D a été associée à une résistance à l’insuline ainsi que d’autres troubles de santé tels qu’un taux élevé de triglycérides, de l’obésité et bien entendu de l’hypertension artérielle.
Enfin, la synthèse de la vitamine D entraîne une production accrue d’endorphines, des substances chimiques qui induisent un sentiment d’euphorie et de soulagement de la douleur. Les endorphines soulagent naturellement le stress et la gestion du stress est un facteur important dans la réduction de l’hypertension artérielle.
L’exposition au soleil est donc primordiale. En cas de carences avérées car vérifiées par un examen sanguin, il est possible de se supplémenter en vitamine D grâce à de la vitamine D3 (cholécalciférol). La supplémentation en vitamine D nécessite un suivi régulier afin d’éviter un surdosage. Le mieux est de parler de tous ces aspects à votre médecin traitant.

 

La gestion du stress est cruciale

On considère qu’un Français sur quatre souffre d’hypertension artérielle. Le lien entre stress et hypertension est indéniable. Cependant, il est insuffisamment considéré.
Ma méthode préférée de gestion du stress est la cohérence cardiaque. Il existe quantité de méthodes de relaxation mais celle-ci est particulièrement efficace et apporte des résultats rapides.
Elle est d’ailleurs recommandée aux personnes ayant été victimes d’un accident cardiaque.

 

Les suppléments utiles contre l’hypertension artérielle

Bien que certains suppléments soient utiles dans la réduction de la pression artérielle, il convient de réaliser qu’il ne peuvent pas constituer un substitut à un régime alimentaire et des choix de vie appropriés. Ensuite, utiliser des suppléments alimentaires à outrance n’est finalement pas très différent de l’utilisation de médicaments. Aussi, il convient de les combiner à d’autres mesures…

Le calcium et le magnésium : ces deux minéraux peuvent être utiles afin d’aider à abaisser la pression artérielle en particulier si celle-ci est élevée.

Les vitamines C et E : des études ont montré que ces deux vitamines peuvent être utiles en vue de réduire la pression artérielle. L’alimentation est censée fournir suffisamment de ces deux vitamines mais si vous décidez que vous avez besoin d’un supplément, assurez-vous de prendre la forme naturelle de vitamine E. Je vous invite à consulter attentivement l’étiquette du pilulier et de vous assurer que les formes de vitamines E sont toujours précédées de la lettre “d-” (d-alpha-tocophérol, d-bêta-tocophérol, etc.). Les formes synthétiques de vitamines E sont précédées de la combinaison “dl-“.

L’extrait de feuilles d’olivier : une étude de 2008 a montré que 1000 mg par jour d’extraits de feuilles d’olivier, pendant huit semaines, a provoqué une chute marquée à la fois de la pression artérielle et du cholestérol LDL chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle.
Vous pouvez opter pour des extraits de feuilles d’olivier ou bien préparer vous même votre tisane : placez une grande cuillerée à soupe de feuilles d’olivier séchées dans une boule à thé et jetez la dans environ 1.5 L d’eau bouillante. Laissez infuser pendant 10-15 minutes. La couleur de la tisane doit être ambrée pour signifier qu’elle est prête.

L’allaitement maternel : des études ont montré que les bébés ayant été allaités plus de 12 mois ont un risque considérablement plus faible de développer de l’hypertension artérielle. Les chercheurs estiment que ce sont les acides gras polyinsaturés à longue chaîne (les mêmes que dans les poissons gras : EPA et DHA) du lait maternel qui fournissent un effet protecteur pour les nouveau-nés et qui pourra se poursuivre par la suite. En outre, l’allaitement est bénéfique à la mère pour les mêmes raisons.

 

Conclusion

Une approche naturelle dans la prévention des troubles résultant d’une hypertension artérielle peut être un choix à envisager. Les changements d’alimentation et d’hygiène de vie, avec un accent particulier sur la normalisation des niveaux d’insuline, peuvent contribuer à un retour, sans user de médicaments, à la santé optimale.

 

Références

1. Tight blood pressure control and risk of macrovascular and microvascular complications in type 2 diabetes: UKPDS 38 – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC28659/
2. Spiraling High Blood Pressure Linked To Nitric Oxide Deficiency – https://www.sciencedaily.com/releases/2001/09/010905074425.htm
3. Siani A, Pagano E, Iacone R, et al. Blood pressure and metabolic changes during dietary L-arginine supplementation in humans. Am J Hyperten 2000;13:547-51.
4. Huynh NT, Tayek JA. Oral arginine reduces systemic blood pressure in type 2 diabetes: its potential role in nitric oxide generation. J Am Coll Nutr 2002;5:422-7.
5. Cardiac coherence, self-regulation, autonomic stability, and psychosocial well-being – Rollin McCraty, and Maria A. Zayas – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4179616/
6. Effect of Vitamin D Supplementation on Blood Pressure in Blacks –     John P. Forman, Jamil B. Scott, Kimmie Ng, Bettina F. Drake, Elizabeth Gonzalez Suarez, Douglas L. Hayden, Gary G. Bennett, Paulette D. Chandler, Bruce W. Hollis, Karen M. Emmons, Edward L. Giovannucci, Charles S. Fuchs, Andrew T. Chan – http://hyper.ahajournals.org/content/61/4/779.abstract
7. Extra calcium to prevent high blood pressure – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0078238/
8. Magnesium – National Institute of HEalth – https://ods.od.nih.gov/factsheets/Magnesium-HealthProfessional/
9. Vitamin C (Ascorbic acid) – University of Maryland Medical Center – http://umm.edu/health/medical/altmed/supplement/vitamin-c-ascorbic-acid
10. Vitamin E can reduce blood pressure in mild hypertensives. – Boshtam M, Rafiei M, Sadeghi K, Sarraf-Zadegan N. – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12463106
11. Short- and long-term decrease of blood pressure in women during breastfeeding. – Jonas W, Nissen E, Ransjö-Arvidson AB, Wiklund I, Henriksson P, Uvnäs-Moberg K. – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18563998
12. The Risks of Not Breastfeeding for Mothers and Infants – Alison Stuebe, MD, MSc – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2812877/

 

Hypertension artérielle : des solutions naturelles
Noter cet article



Vous aimerez également...


 

Envie d'être au Top & en Pleine Santé ?

Recevez gratuitement dans votre boîte mail les annonces & astuces santé réservées aux membres !


Dans le cadre de la nouvelle réglementation européenne RGPD, j'autorise le site www.pleinesantenaturelle.com à enregistrer mon adresse email

Lettre d'information triimestrielle. Votre adresse ne sera pas transmise à des tiers. Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide d'un lien de désinscription ou en faisant une demande via le formulaire de contact.

 


Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des
Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up