1. Accueil
  2. /
  3. Alimentation
  4. /
  5. L’équilibre acido-basique de l’organisme

 

Si vous avez l’habitude de consulter régulièrement les blogs et sites Web consacrés à la santé, vous aurez remarqué que le thème de l’équilibre acido basique est récurrent. Et pour cause, il s’agit là d’un concept fondamental qui détermine l’état de santé général de l’organisme.
Dans nos sociétés modernes, les aliments que nous avons pris l’habitude de consommer (mais plus simplement notre mode de vie) ont tendance à fragiliser cet équilibre et ceci a pour résultante l’apparition de troubles de la santé.
Dans cette perspective, il s’agira d’exposer les grands principes de l’équilibre acido basique, d’expliquer pour quelles raisons celui-ci est mis à mal par l’alimentation moderne d’un côté et notre mode de vie de l’autre, puis de présenter les troubles de santé résultant de ce déséquilibre et enfin de suggérer les corrections alimentaires et d’hygiène de vie à apporter afin de renforcer cet équilibre et ainsi favoriser la pleine santé.

 

L’équilibre acido-basique de l’organisme

 

Les grands principes de l’équilibre acido basique

Lorsque l’on observe la vie, on s’aperçoit qu’il est toujours question de deux forces opposées, antagonistes mais toujours complémentaires, en perpétuelle lutte et à la recherche de l’équilibre. L’équilibre entre ces deux forces est la base même de la vie.
L’équilibre idéal ne peut que très difficilement être obtenu de manière durable et c’est pour cela qu’il faut user de deux tentatives constantes afin de se rapprocher au maximum de cet équilibre idéal qui définit un organisme en pleine santé.
L’équilibre acido basique est un concept fondamental qui devrait être pris plus en compte dans l’hygiène de vie quotidienne. Son maintien ou son rétablissement détermine l’équilibre métabolique général et constitue un des objectifs à atteindre dans le traitement de la maladie chronique.

Tout milieu naturel, quel qu’il soit, se situe quelque part sur une échelle acidité/alcalinité. Ceci est valable pour tous les tissus de notre organisme qui sont eux aussi régis par cette règle. Cet équilibre acido basique est extrêmement fragile et notre organisme ne tolère que de très petits écarts. À partir du moment où un écart important se produit, celui-ci peut engendrer des troubles de la santé.

Le degré d’acidité ou d’alcalinité d’une substance se mesure avec le pH (ou potentiel hydrogène). Son échelle de mesure part de 0 (extrêmement acide) et se termine à 14 (extrêmement basique). À 7, à mi-chemin de l’échelle, le pH est neutre. À noter que les limites extrêmes du pH de notre organisme sont comprises entre 5 et 9. En deçà ou au-delà, des troubles apparaissent et donc à partir du moment où on s’éloigne de la valeur 7, les troubles se manifestent.

Nous pouvons distinguer quatre valeurs de mesure du pH dans l’organisme :

-Le pH du sang dont la valeur doit être impérativement comprise entre 7,32 et 7,42. Toute valeur en deçà ou au-dessus de cette borne aura des conséquences dramatiques car en dehors de ces limites il n’y a pas de vie possible.

-Le pH urinaire : le pH urinaire d’une personne en bonne santé ayant une alimentation saine et une hygiène de vie saine va se situer entre 6,5 et 7,5 (le pH de l’urine du matin est généralement inférieur à 6).

-Le pH de la peau : le pH d’une peau saine est très exactement de 5,2.

-Le pH au sein du tube digestif : pour que la digestion puisse s’opérer correctement, il faut que le pH soit approprié en fonction de l’aliment ingéré et en fonction de l’organe traversé au cours du parcours de la digestion (acide pour l’estomac, alcalin pour l’intestin grêle).

 

L’équilibre acido basique mis à mal de nos jours

Dans nos sociétés dites modernes, la tendance générale est à l’acidification des organismes. Nous consommons bien trop d’aliments inappropriés à l’organisme et à une bonne digestion. En plus d’être inappropriés car mal choisis, les aliments d’aujourd’hui présentent globalement de mauvaises qualités nutritionnelles car produits dans des conditions loin d’être optimales (appauvrissement des sols, culture hydroponique hors-sol des végétaux, production industrielle de protéines animales dans un univers concentrationnaire).
De plus, nous avons pris l’habitude de consommer des aliments dits raffinés (farine blanche, sucre blanc) desquels, en écartant l’enveloppe du grain, nous avons éliminé la plupart des nutriments et minéraux dont on sait pour ces derniers qu’ils permettent, en plus d’apporter des bienfaits nutritionnels, de neutraliser l’acidité de l’organisme. Nous surconsommons, en résumé, des aliments acides ou acidifiants et nous ne consommons pas assez d’aliments alcalins pour équilibrer.
À propos des aliments acidifiants, nous devons nous pencher sur les protéines animales. Au cours de la digestion de celles-ci, elles sont transformées en acides urique, phosphorique et sulfurique qui par la suite seront éliminés par les reins. Lorsque nous consommons en excès des protéines animales, l’organisme risque de peiner à fournir le travail d’élimination des acides.
Toujours au sujet des protéines animales, le lait et les produits laitiers sont des aliments très acidifiants dont on sait désormais aujourd’hui qu’il conviendrait de les consommer avec raison.
Enfin, notre mode de vie est également générateur d’acidité. En effet, vivre à 100 à l’heure et être stimulé en permanence sont des facteurs d’acidification. Ajoutons à cela les pensées négatives, la violence, le stress, le surmenage, le manque de sommeil, la fatigue, la colère, le manque d’exercice qui intensifient ce phénomène d’acidification.

 

Les troubles de la santé résultant de l’acidification de l’organisme

Liste des troubles et des maux causés par une acidification chronique de l’organisme :

-Des troubles articulaires divers et variés (crise de goutte, rhumatismes, arthrite, polyarthrite rhumatoïde, arthrose, spondylarthrite ankylosante, ostéoporose).

-Des troubles de l’humeur (stress et anxiété chroniques, nervosité, irritabilité, dépression).

-Des troubles musculaires et nerveux (crampes musculaires, douleur sciatique).

-Des troubles ORL (rhumes, rhinites, otites, sinusites, bronchites chroniques).

-Des maladies de la peau (furoncles, eczéma, herpès)

Des troubles digestifs (reflux gastro-œsophagien, brûlures d’estomac, ulcères)

Fatigue chronique associée à un manque constant d’énergie et de motivation

Liste non exhaustive…

 

Les aliments inappropriés (car pas forcément bien choisis) que nous consommons de nos jours ne sont pas toujours bien digérés et il en résulte la production de déchets et de mucus acidifiant provoquant un engorgement des organes et des tissus et favorisant ainsi les troubles et les maladies chroniques.
Heureusement, l’organisme humain dispose de parades pour réguler cette acidité excessive et tenter de rétablir l’équilibre mais à quel prix ?
En effet, l’organisme va puiser dans ses réserves de minéraux et en particulier dans le squelette et les dents dans le but de contrer l’acidité. Ainsi, les individus sujets aux fractures osseuses, à l’ostéoporose et aux caries sont très probablement concernés par une acidification excessive.

 

Comment avoir un aperçu du pH de son organisme ?

Pour évaluer le PH ou savoir si vous êtes concerné(e) * par l’acidité de l’organisme, il suffit de se procurer du papier pH en pharmacie et de l’humidifier avec de l’urine. La bandelette va se colorer quasi instantanément et grâce au repère fourni, vous pourrez déterminer la mesure du pH. Un pH sain doit être compris entre 7 et 7.5. Veuillez noter que l’urine du matin peut être fortement acide (aux alentours de 5) mais il s’agit là d’un phénomène normal dans le sens où le corps évacue l’acidité excessive au cours de la nuit (en gros vous venez de comprendre en quoi il est essentiel de dormir suffisamment).
* Remarque : le test du pH urinaire ne peut refléter le pH global de l’organisme. En effet, il ne concerne que le pH de l’urine et pas celui de l’ensemble des liquides de l’organisme. Il peut malgré tout donner une indication qu’il convient de tempérer en ne la généralisant pas pour autant à l’ensemble de l’organisme.

 

Comment corriger cette acidité et rétablir l’équilibre acido basique de l’organisme ?

C’est somme toute assez simple :

En terme d’hygiène de vie, il conviendra de réduire un maximum les sources de stress et les incessantes stimulations du monde moderne (sonnerie de téléphone, notifications d’e-mails et de SMS). J’entends par sources de stress, toutes les sources de stress et ça comprend également les formes diverses et variées de nuisances (luminosité artificielle excessive, nuisances sonores).
Vous devriez également vous assurer d’une durée suffisante de sommeil. Nous dormons bien trop peu aujourd’hui et il faut bien noter que la période de la journée pendant laquelle l’organisme se nettoie et évacue le plus les déchets acidifiants, c’est au cours de la nuit. D’une, nous nous couchons beaucoup trop tard et de deux nous utilisons de plus en plus des appareils électroniques qui engendrent des perturbations et des troubles du sommeil (leur écran émettant de la lumière bleue perturbant la production de mélatonine ou l’hormone du sommeil) et ce, jusqu’à l’heure du coucher.
Je vous invite donc à couper votre portable le soir, à éteindre la télévision un peu plus tôt quitte à enregistrer l’émission afin de la regarder une autre fois et à vous constituer une atmosphère propice à la détente. Et ceci commence, comme nous l’avons, vu par l’atténuation des sources artificielles sonores et lumineuses. A ce sujet, l’éclairage le soir alors qu’il fait nuit dehors est quelque part une aberration. Nous sommes faits pour vivre et évoluer le jour et dormir et nous régénérer la nuit. Un soir d’hiver, faites le test suivant : éclairez vous à la bougie à partir de 19 heures et ce jusqu’au coucher. En toute logique, vous devriez vers 20 heures commencer à émettre une succession de bâillements et à ressentir l’appel du lit. En somme, par un éclairage doux et atténué, vous aurez favorisé naturellement la production de mélatonine qui vous aidera à vous endormir rapidement et à passer une nuit récupératrice.

 

En terme d’alimentation, il conviendra de procéder à un rééquilibrage alimentaire afin de compenser cette acidité excessive. Pour ce faire, vous pouvez envisager de limiter voire tout simplement éliminer, jusqu’au retour à la normale, les aliments suivants :

 

Groupes d’aliments Acidifiants
+
Acidifiants
++
Acidifiants
+++
Fruits Figues. Canneberge.
Légumes Tomate, épinards, pois cassés.
Viandes et poissons Coquillages. Poulet, lapin, agneau. Crustacés, porc, bœuf.
Produits laitiers Beurre. Fromage. Camembert, cheddar, gruyère, yogourt.
Huiles végétales Sésame, canola, tournesol. Soja.
Noix et légumineuses Fèves, pois chiches, haricots secs rouges et blancs. Arachide. Noix, soja.
Pains et céréales Riz, sarrasin. Pain complet, tortillas et semoule de maïs, tartes sucrées maison. Viennoiseries, crackers d’apéritif, gâteau chocolat, tartes sucrées industrielles.
Préparations industrielles Mayonnaise. Ketchup, moutarde. Plats industriels, pizzas, sandwiches, tacos, kebabs, hamburgers, quiches, nuggets de poulet.
Boissons Lait, jus de tomate, thé noir, lait fermenté. Alcool, vin, bière brune, café filtre. Toutes les boissons gazeuses, lait de soja, bière blonde, café et Presso

 

Et favoriser les aliments alcalinisants suivants :

 

Groupes d’aliments Alcalinisants
+++
Alcalinisants
++
Alcalinisants
+
Fruits Baies, melons. Raisin, banane, abricots, pommes, avocats. Noix de coco.
Légumes Légumes verts à feuilles, endives, asperges, patates douces. Pommes de terre, betteraves, endives, artichauts, choux divers. Chou-fleur, chou de Bruxelles, concombre, carotte.
Viandes et poissons Aucun Aucun Aucun
Produits laitiers Aucun Aucun Beurre clarifié ou ghee.
Huiles végétales Aucune Aucune Olive, coco, avocat.
Noix et légumineuses Châtaigne. Noix de cajou. Amande, macadamia, sésame, tournesol, lin.
Pains et céréales Aucun Aucun Quinoa
Préparations industrielles Aucune Aucune Aucune
Boissons Eau minérale. Jus de pamplemousse ou d’ananas. Jus de pomme, raisin, orange, thé vert.

 

 

En résumé :

 

Aliments majoritairement alcalins Aliments majoritairement acides
Légumes

Fruits

Epices et fines herbes

Graines et amandes

Viande et chair de poisson

Crustacés

Produits laitiers

Produits à base de farine

Produits transformés et industriels

Alcool

 

Combien de temps nécessaire pour rétablir l’équilibre acido-basique de l’organisme ?

Il n’y a pas de règles et ça varie d’un individu à l’autre. En effet, une personne dont l’organisme est fortement acidifié mettra plusieurs mois pour retrouver un équilibre acido-basique stable mais à partir du moment bien entendu où la nourriture qu’elle va consommer est saine et plutôt alcalinisante et où elle mène un mode de vie qui a cessé d’être excessif et qui est désormais adapté aux exigences de la santé de l’être humain.

 

Références

1. Acid-base equilibria. www.bu.edu
2. Draft Guidance for Industry: Acidified Foods. U.S. Food and Drug Administration.
3. Whole Body Buffers in the Regulation of Acid-Base Equilibrium. J. Russell Elkinton. YALE journal of biology and medicine.
4. Acid-base balance and hydration status following consumption of mineral-based alkaline bottled water. Daniel P Heil.

 

 

L’équilibre acido-basique de l’organisme
Noter cet article

Vous aimerez également...


  • Indice PRAL et équilibre acido-basique de l’organismeIndice PRAL et équilibre acido-basique de l’organisme   Nous avons abordé dernièrement le principe de l'équilibre acido-basique de l'organisme, à quel point ce thème est récurrent et à prendre en […]
  • Comment envisager une reminéralisation profonde ?Comment envisager une reminéralisation profonde ?   Je vous avais exposé il y a plusieurs semaines les propriétés de la plupart des minéraux significatifs en terme de santé. J'ai souvent […]
  • Doucement avec le citron !Doucement avec le citron !   Le citron, véritablement un fruit de santé aux nombreuses vertus, riche en de nombreux nutriments, est recommandé pour quantité de troubles […]
  • Vive le citron !Vive le citron !   Après avoir malmené l'autre jour ce grand ami de la santé qu'est le citron à travers l'article - Doucement avec le citron ! - , je tenais […]
Catégories : Alimentation

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

  Subscribe  
Me notifier des
Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up