1. Accueil
  2. /
  3. Hygiène de vie
  4. /
  5. Bronzez autrement, sainement et en toute sécurité…

 

L’été est la saison de la plage et du bronzage et j’imagine que vous serez nombreux, d’ici un mois, à prendre la route vers les côtes de France et d’ailleurs.
Il faut bien le dire : à l’heure actuelle, l’ensoleillement est mal vu. Beaucoup d’individus laissent entendre que cette pratique est dangereuse. On invoque particulièrement la fameuse question du cancer de la peau.

Pourtant, l’ensoleillement est essentiel à la production de la précieuse vitamine D. Sous l’effet des rayons ultraviolets, la peau transforme le cholestérol qui s’y trouve en vitamine D.

Comment une action aussi salutaire que l’ensoleillement peut-elle conduire à de sérieux problèmes de santé ?
Lorsqu’on réfléchit sérieusement à cette question, on en arrive à conclure que l’abus de l’ensoleillement est possiblement en cause dans le développement du cancer de la peau.

L’ensoleillement fait partie des facteurs naturels de santé. Il est essentiel à la vie, mais comme pour toutes bonnes choses, il ne faut pas en abuser.

Comment se manifeste l’abus de l’ensoleillement ? D’une façon bien nette, c’est lorsque le soleil entraîne des rougeurs et des brûlures de la peau.

 

Bronzez autrement, sainement et en toute sécurité…

 

Comment m’exposer au mieux au soleil ?

Lorsqu’on s’expose au soleil, il faut le faire de la façon la plus complète possible. N’exposer au soleil qu’une partie limitée de la surface cutanée, n’est pas souhaitable.

On sait que c’est le cholestérol déposé dans la peau, plus particulièrement une substance appelée 7-déhydrocholestérol, qui est transformée en vitamine D. Cette substance peut se concentrer dans la peau, lorsqu’on n’expose au soleil que certaines parties du corps.
Chez les personnes qui ont l’habitude de n’exposer au soleil que la figure et les bras, on trouvera dans ces parties cutanées de fortes concentrations de cholestérol.

Dans sa sagesse, l’organisme a appris que ces régions du corps sont les seules qui sont exposées au soleil. Il y concentrera alors son 7-déhydrocholestérol pour que celui-ci soit transformé en vitamine D. La peau des régions qui n’est jamais exposée au soleil ne contient pas de 7-déhydrocholestérol.

Chez la très grande majorité des gens, c’est le cas notamment de la peau des fesses, l’organisme n’y place pas de 7-déhydrocholestérol parce qu’il sait, par expérience, que cette région du corps n’est jamais exposée au soleil.

De fortes concentrations de 7-déhydrocholestérol dans des régions cutanées restreintes peuvent exercer sur la peau une certaine irritation et il n’est pas impossible que cette irritation puisse jouer un rôle dans la cancérisation de la peau.

On rencontre assez souvent des cancers de la peau chez des personnes qui n’exposent que certaines parties limitées du corps au soleil. C’est le cas des camionneurs qui circulent dans des régions ensoleillées et qui placent leur avant-bras gauche sur la portière du camion, alors que la vitre est descendue. C’est le cas aussi des pêcheurs qui ne s’exposent que le visage et les mains au soleil.

Par contre, chez les nudistes qui s’exposent nus au soleil, on ne rencontre pratiquement jamais de cas de cancer de la peau. Chez ces individus, le 7-déhydrocholestérol est réparti sur toute la surface cutanée (même dans la peau des fesses). Il n’y a donc pas de concentration de cette substance sur de petites surfaces de la peau.

Pour éviter que le 7-déhydrocholestérol exerce une action irritante sur la peau, il vaut mieux toujours exposer la plus grande surface cutanée possible au soleil. Sans pour autant pratiquer le nudisme, il convient au moins d’être en maillot de bain ou en bikini lorsqu’on s’expose au soleil.

 

Combien de temps puis-je m’exposer au soleil ?

La peau a besoin d’être exposée au soleil. Cependant, elle ne doit jamais être brûlée par ce dernier. Même les brûlures très légères constituent un abus.

Dépendamment de notre type de peau et du développement d’un pigment appelé mélanine, il convient de s’exposer au soleil d’une façon contrôlée. Certains peuvent s’exposer au soleil sans danger durant d’assez longues périodes de temps; d’autres ne doivent le faire que sur de courtes périodes de temps. Il appartient à chacun de déterminer la période de temps qui lui convient et de ne pas dépasser celle-ci.

Votre peau renferme certaines cellules appelées mélanocytes. Ces cellules permettent la production d’un pigment brun appelé mélanine. Ce pigment résulte de l’oxydation de certains acides aminés, la tyrosine en particulier.

Une fois formée, la mélanine est transférée et stockée dans les cellules de la couche cornée de l’épiderme.

Normalement, la peau bronze au fur et à mesure qu’on s’expose aux rayons. Le bronzage se fait progressivement. Certaines personnes bronzent plus facilement que d’autres. C’est heureux : leur peau risque moins d’être brûlée au soleil. Néanmoins, ces personnes ne doivent jamais pour autant abuser du soleil.
Quant à celles qui ne bronzent pas facilement, leur risque de se brûler la peau est plus grand. Elles doivent donc limiter leur temps d’exposition au soleil.

Il est relativement facile de se rendre compte si on abuse ou non de l’ensoleillement. Au début de l’exposition, on ressent une sensation euphorique. Cette situation est agréable et bienfaisante. Par la suite, cette sensation s’estompe. L’exposition au soleil cesse d’être agréable, sans devenir pour autant désagréable. Puis, éventuellement, le soleil devient un peu lourd et accablant. C’est alors le moment de mettre un terme à votre séance d’ensoleillement. Si l’on poursuit le temps d’exposition jusqu’à ce que l’on ressente une sensation d’écrasement, on risque fort de se brûler la peau.

Certaines personnes, dont la peau est bien bronzée, peuvent facilement s’exposer au soleil durant 45 minutes, tout en ressentant une sensation agréable. D’autres personnes pourront ressentir une légère sensation d’écrasement au bout de cinq minutes seulement. C’est l’indice qu’elles doivent se vêtir ou se retirer à l’ombre.

Plus une personne a la peau blanche, moins elle peut s’exposer longtemps au soleil. Par contre, il faut savoir qu’une peau blanche permet de développer plus de vitamine D qu’une peau plus brune. Cette situation est heureuse puisque les personnes à la peau très blanche n’ont pas de grosses réserves de vitamine D. Celles qui ont la peau plus bronzée, disposent de plus grandes réserves de cette vitamine.

Il y a donc un équilibre qui se crée entre une forte pigmentation et nos réserves de vitamine D. Une personne bien bronzée produit moins de vitamine D, mais elle en a aussi moins besoin puisque ses réserves sont bonnes.

Tant et aussi longtemps que la peau demeure bronzée, les réserves de vitamine D sont suffisantes. Lorsque la peau devient blanche, c’est le signe qu’il faut s’exposer au soleil. Sauf qu’ il faut alors le faire avec modération.

Les séances d’ensoleillement peuvent être fréquentes, mais leur durée doit être limitée.

Rappelons ici que c’est l’abus de l’ensoleillement qui est à craindre et non pas son usage régulier et bien adapté.

 

A propos des crèmes solaires

Selon l’Environmental Working Group (EWG) environ 75% des écrans solaires commerciaux contient des produits chimiques toxiques.

Les crèmes solaires achetées dans le commerce contiennent généralement :

-Du Rétinol Palmitate dont l’effet cancérogène est reconnu.
-De l’ Oxybenzone, un perturbateur endocrinien conduisant, en outre, à des dommages cellulaires.
-Du Zinc et du Dioxyde de Titane qui servent à réfléchir les rayons du soleil.

On trouve de nos jours des crèmes solaires aux indices élevés (50 et+). Cet indice est trompeur car il donne au consommateur un faux sentiment de sécurité tout en ne proposant pas tellement plus de protection : en effet, des études montrent qu’un écran solaire avec un indice de 15 peut bloquer environ 93% de tous les rayons UVB entrants. Un écran solaire avec un indice de 30 en bloque 97%. Un écran solaire avec un indice de 50 en bloque 98%.

 

L’huile de Coco en tant qu’écran solaire naturel

L’huile de coco possède un indice de 10, ce qui signifie qu’elle bloque 90% des UVB.
L’huile de coco appliquée sur la peau protège contre les coups de soleil et contrairement à une protection solaire du commerce, l’huile de coco ne bloque pas complètement les rayons UVB qui sont nécessaires à la synthèse de la vitamine D.
Elle joue son rôle d’écran protecteur en protégeant la peau et les tissus sous-jacents des dommages qu’une exposition excessive au soleil peut engendrer.
En outre, la consommation d’huile de coco renforce la peau et la rend plus résistante donc moins sujette aux coups de soleil.
Enfin, assurez-vous d’utiliser de l’huile de coco bio, pure et surtout non raffinée. Évitez l’huile de coco hydrolysée ou transformée.

 

Références

“L’ensoleillement” – Cours n°112 – Cursus de formation en naturopathie – Institut de Formation en Naturopathie

 

 

Vous aimerez également...


Catégories : Hygiène de vie

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

  Subscribe  
Me notifier des
Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up