1. Accueil
  2. /
  3. Hygiène de vie
  4. /
  5. De la bonne santé de la prostate

 

Les troubles de la prostate peuvent constituer un risque sérieux pour les hommes à partir de la quarantaine mais la prévention permet d’éviter des désagréments. Il convient pour eux d’être à jour au sujet des examens de santé que peut leur prescrire leur médecin.
Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour maintenir votre prostate en bonne santé afin d’éviter toutes sortes de problèmes à l’avenir.

 

De la bonne santé de la prostate

 

Quelques règles en terme d’alimentation et d’hygiène de vie

Buvez beaucoup d’eau chaque jour

Boire suffisamment chaque jour est un excellent moyen de maintenir une bonne santé générale ainsi qu’une prostate saine. Boire contribue à réduire le risque d’inflammation qui constitue un facteur de certains troubles de la prostate comme l’hypertrophie bénigne.
Par contre, boire des boissons sucrées et de l’alcool devrait être réduit autant que possible. Il en est de même pour le café et d’une manière générale, il vaut mieux rester à l’écart des boissons riches en sucre et en caféine afin de limiter l’inflammation. Néanmoins, bien qu’il contienne de la caféine, le thé vert sur une base régulière est recommandé par le corps médical, de par sa forte teneur en antioxydants, afin d’aider au bon fonctionnement de la prostate.

 

Mangez le mieux possible

Certains légumes sont favorables à la bonne santé de la prostate, en particulier les crucifères. En effet, le chou-fleur, choux ou encore le brocoli sont recommandés d’être inclus dans votre régime alimentaire.
Cette famille de légumes contient de précieux antioxydants qui participent à la bonne santé de la prostate et réduisent le risque d’inflammation. Un composé que l’on trouve dans le chou et autre légumes crucifères connu sous le nom de 3.3-diindolméthane (DIM) a été particulièrement étudié et il en est ressorti qu’il possède de très intéressants effets protecteurs en général et sur la prostate en particulier. En outre, il peut inhiber l’action de l’enzyme 5-alpha-reductase qui transforme la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), cette dernière concourant aux troubles de la prostate.
Un autre composé (soufré) que l’on trouve dans le chou est le sulforaphane. La recherche de ces 30 dernières années a rigoureusement démontré que consommer régulièrement des crucifères est associé à un moindre risque de cancer. Récemment, des chercheurs ont montré que les composés soufrés du chou lui donnent son goût amer et ses aptitudes à prévenir le cancer, y compris celui de la prostate.
Le chou rouge quant à lui contient un puissant antioxydant nommé anthocyanine qui donne la couleur rouge et pourpre de certains végétaux. Il a été démontré que ce composé réduit la prolifération des cellules cancéreuses, tue celles déjà formées et ralentit la formation de nouvelles tumeurs.
Au sujet de la viande, en particulier la viande rouge, elle constitue une élévation du risque de survenue de troubles de la prostate. Fort de cette information, vous pourrez ajuster votre régime alimentaire en vue d’une réduction de la consommation de viande rouge dont l’OMS a récemment clamé, étude médicale à l’appui, que consommée en excès elle est particulièrement délétère à la santé.
Les programmes nutritionnels habituels pouvant prévenir les troubles de la prostate comprennent des régimes riches en zinc car il a été scientifiquement validé en tant que minéral favorable à la bonne santé de la prostate. On trouve du zinc en premier lieu dans les huîtres, puis le foie de veau, les graines de sésame, le cacao et les graines de tournesol.

 

Ayez une activité physique régulière

Après avoir abordé les aspects relatifs au régime alimentaire, il est temps de se pencher sur l’exercice physique. Que vous soyez en surpoids ou non, l’exercice physique, comme vous le savez déjà, vous permettra de maintenir une bonne santé.
Il ne s’agit pas nécessairement d’envisager une activité physique intense, il suffit de 20 à 30 minutes de marche quotidienne à un rythme plutôt soutenu pour conserver une bonne santé. Je ne vais pas ressasser les éternels conseils qui sont bien clairs pour tout le monde aujourd’hui mais j’insiste quand même sur tout l’intérêt de l’exercice physique qui contribue à la bonne santé en général donc à celle de votre prostate.

 

Changez votre style de vie

Inflammation rime aussi avec manque de sommeil. Par conséquent, là encore vous le savez déjà, il est primordial de dormir suffisamment. La durée nécessaire de sommeil varie d’un individu à l’autre mais globalement, de nos jours, il est question d’un tiers des individus manquant de sommeil.
Le stress étant un facteur d’inflammation, il convient de le limiter autant que possible et pour plus d’informations, je vous invite à consulter l’article que j’avais écrit au sujet de l’hygiène de vie dans le cadre de la fatigue surrénalienne.

 

Quelques mots au sujet des signes d’alerte

La plupart des troubles de la prostate demeure relativement bénin mais certains signes au niveau de la vessie et des voies urinaires peuvent vous alerter et ils se traduisent par :

1. Une miction douloureuse ou difficile, fréquentes et surtout la nuit
2. Une perte de contrôle de la vessie, soit de l’incontinence
3. Un débit et une vitesse urinaire réduits
4. Présence de sang dans l’urine.

Les troubles de la prostate se développent lentement au fil du temps. Toutefois si vous remarquez que vous éprouvez soudainement de la difficulté à uriner ou si vous ressentez une accumulation de pression dans la vessie ou dans la région urétrale, cela pourrait être un signe d’alerte et je vous invite à consulter votre médecin en vue d’examens.

 

Les plantes et compléments amis de la prostate

1. Le palmier nain contribue à réduire la taille des prostates élargies et soulage les problèmes urinaires.
2. La racine d’ortie est un complément naturel efficace pour la santé de la prostate. Elle réduit l’obstruction de l’écoulement urinaire et améliore les symptômes urinaires associés à une hypertrophie de la prostate.
3. Le trèfle rouge est riche en antioxydants qui inhibent la formation de la dihydrotestostérone évoquée plus haut.
4. La vitamine C et la vitamine B6 sont essentielles à la bonne santé de la prostate. Elles favorisent la miction en réduisant les risques d’hypertrophie.
5. Les huiles de poisson, riches en EPA et DHA, possèdent des propriétés anti-inflammatoires qui contribuent à réduire le risque d’hypertrophie de la prostate.
6. Le lycopène est un puissant antioxydant que l’on trouve dans les tomates et les produits à base de tomates, en particulier le concentré de tomates. Il est un supplément naturel très favorable à la bonne santé de la prostate.
7. L’épilobe (Epilobium Parviflorum) : cette plante est traditionnellement utilisée pour les troubles de la prostate, de la vessie et des reins. Elle possède un effet antioxydant et anti-inflammatoire reconnu. Des extraits d’épilobe ont montré qu’ils pouvaient inhiber la prolifération des cellules de la prostate chez l’humain affectant ainsi la progression du cycle cellulaire.
8. Les graines de courge sont traditionnellement utilisées pour traiter les troubles de la miction associés à l’hypertrophie bénigne de la prostate et les irritations de la vessie.

 

Références

1. Cruciferous Vegetables and Cancer Prevention – National Institute of Health – http://www.cancer.gov/about-cancer/causes-prevention/risk/diet/cruciferous-vegetables-fact-sheet
2. Prostate Cancer, Nutrition, and Dietary Supplements (PDQ®)–Patient Version – National Institute of Health – http://www.cancer.gov/about-cancer/treatment/cam/patient/prostate-supplements-pdq
3. A phase I dose-escalation study of oral BR-DIM (BioResponse 3,3′- Diindolylmethane) in castrate-resistant, non-metastatic prostate cancer – Elisabeth I Heath, Lance K Heilbrun, Jing Li, Ulka Vaishampayan, Felicity Harper, Pam Pemberton, and Fazlul H Sarkar – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2923864/
4. Anthocyanins and their role in cancer prevention – Li-Shu Wang1 and Gary D. Stoner – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2582525/
5. Implementation and scientific evaluation of rehabilitative sports groups for prostate cancer patients: study protocol of the ProRehab Study – Eva M ZopfEmail author, Moritz Braun, Stefan Machtens, Jürgen Zumbé, Wilhelm Bloch and Freerk T Baumann – http://bmccancer.biomedcentral.com/articles/10.1186/1471-2407-12-312
6. A Critical Assessment of Epidemiology Studies Regarding Dietary/Supplemental Zinc and Prostate Cancer Risk – Leslie C. Costello, Renty B. Franklin, and Ming T. Tan – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3817961/
7. Sleep Loss and Inflammation – Janet M. Mullington, Ph.D.,corresponding author Norah S. Simpson, Ph.D., Hans K. Meier-Ewert, M.D., and Monika Haack, Ph.D. – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3548567/
8. From Stress to Inflammation and Major Depressive Disorder: A Social Signal Transduction Theory of Depression – George M. Slavich and Michael R. Irwin – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4006295/
9. 6 Natural Remedies for Enlarged Prostate (BPH) – http://www.healthline.com/health/enlarged-prostate/natural-remedies#EnlargedProstate1
10. 5 Home Remedies for Prostate Problems – http://health.howstuffworks.com/wellness/natural-medicine/home-remedies/home-remedies-for-prostate-problems.htm

 



Vous aimerez également...


 



Ne manquez aucun nouvel article !

Likez et abonnez-vous à la page Facebook du blog PleineSantéNaturelle. A très bientôt !





Envie d'être au Top & en Pleine Santé ?

Recevez gratuitement dans votre boîte mail les annonces & astuces santé réservées aux membres !

Dans le cadre de la nouvelle réglementation européenne RGPD, j'autorise le site www.pleinesantenaturelle.com à enregistrer mon adresse email
Lettre d'information trimestrielle. Votre adresse ne sera pas transmise à des tiers.

 

Catégories : Hygiène de vie

De la bonne santé de la prostate

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des
Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up