« Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture » (Hippocrate).
Cette assertion de ce célèbre médecin et d’un des pères de la naturopathie fait sens et tout le monde peut raisonnablement l’admettre. Hippocrate soignait les humains mais son assertion est tout à fait transposable aux animaux dont nos chers petits compagnons.
En naturopathie, la nutrition admet une importance capitale et pour les animaux le principe est identique : l’alimentation est la base de la santé.
Fort de ce constat somme toute évident, ne pourrions-nous pas nous pencher sur la nourriture que nous donnons à nos animaux ? Celle-ci est-elle appropriée ? Est-elle suffisamment nutritive ? Convient-elle et répond-elle comme il faut afin que notre ami à quatre pattes vive et s’épanouisse dans un contexte de pleine santé ?
Aujourd’hui, nous allons répondre à ces interrogations et nous pencher sur le cas de notre félin préféré : le chat.

 

Alimentation physiologique du chat

 

Les besoins nutritionnels généraux du chat

En fonction de son mode de vie et de son état de santé, l’alimentation du chat pourra varier afin qu’elle puisse répondre à ses besoins spécifiques du moment. Pour chaque cas, il existe une réponse alimentaire appropriée.
Par exemple, une chatte en période de gestation ou de lactation aura des besoins alimentaires spécifiques qui devront être adaptés en vue d’être favorables au bon développement des chatons et à la production de lait de qualité. Dans les deux cas, la mère devra recevoir une alimentation riche et en quantité suffisante.
Ensuite, selon l’âge du chat les spécificités alimentaires vont là encore varier. Jeune ou âgé, le chat devra bénéficier d’une alimentation distincte répondant au mieux à ses besoins.
Le chaton aura besoin d’aliments riches en nutriments afin d’assurer la continuité avec le lait maternel tandis que le chat plus âgé, d’autant plus qu’il faut prendre en compte la baisse de l’appétit, devra recevoir une alimentation plus adaptée à la prévention de certaines maladies dues au grand âge.

 

La diversité de la nourriture

Pour bien évaluer les besoins nutritionnels du chat, il suffit de bien le comprendre. Le chat est un carnivore strict et son système digestif est adapté à la digestion et à l’assimilation de protéines animales, essentiellement. À ce propos, le chat a des besoins très élevés en protéines. Envisager une alimentation basée sur les lipides et les glucides serait inadapté voire tout simplement dangereux pour sa santé. Cette différence en termes de besoins s’explique par la nature du chat, son mode de vie naturel datant de la période d’avant domestication. Le chat était et est toujours un chasseur né et consommait la viande et les organes des petits mammifères qu’il attrapait.
En résumé, le chat a besoin de protéines animales et uniquement animales. Il est donc aberrant de vouloir lui donner des céréales ou des légumes et nous étudierons cet aspect ci-après.

 

Les mauvaises habitudes

Le chat est donc un carnivore strict et il est important de bien prendre conscience de cet aspect et de ne surtout pas y déroger. Nous aimons tellement nos petits amis à quatre pattes qu’inévitablement nous avons une propension certaine à l’anthropomorphisme (qui consiste à voir dans les animaux des caractères et des ressemblances avec les humains) ce qui peut entraîner des erreurs au sujet de leur alimentation.
En effet, on peut être tenté de donner au chat un morceau de fromage ou de chocolat, un bol de lait pensant qu’il s’agit là d’un petit plaisir qui ne peut pas lui faire de mal.
Erreur : ces petits cadeaux mêmes s’ils sont exceptionnels provoquent des déséquilibres nutritionnels néfastes pour sa santé.
Une autre mauvaise habitude consiste à varier l’alimentation du chat. C’est inapproprié car le chat s’adapte difficilement aux changements d’alimentation qui entraînent bien souvent des diarrhées. Ce n’est pas pour rien que le chat a un sens du goût peu développé car en effet, il n’a pas besoin de varier sa nourriture outre mesure. En revanche, il a un sens de l’odorat très développé et choisit donc sa nourriture en fonction de son odeur et non de son goût.

 

L’aberration de l’alimentation industrielle

Le chat étant un carnivore strict, vous ne serez pas surpris(e) de le voir trier ses boulettes de pâtée et de mettre les légumes de côté. En effet, le chat sait spontanément et d’instinct ce qui est bon pour lui et je doute que vous l’ayez déjà attrapé en train de déterrer un navet dans le potager afin de le manger.
Alors, pourquoi l’alimentation industrielle inclut-t-elle des légumes ?
Probablement pour des raisons de coût et de marketing. Les légumes coûtent moins cher à produire que la viande et permettent un gain de poids pour pas cher. Le côté marketing réside dans le fait que, s’il est bon pour la santé de l’humain que celui-ci inclue une grande proportion de légumes dans son alimentation, il en est sûrement de même pour le chat qui doit manger des légumes et varié. Or, nous avons vu que non !
Les légumes ne sont pas bons pour le chat car il ne sait pas les digérer. En effet, il possède un système digestif adapté à la digestion et à la bonne exploitation de protéines animales et uniquement. Les légumes sont donc une aberration et il y a bien pire : les céréales. En ce qui les concerne, le système digestif du chat est complètement à la ramasse. Les céréales sont composées de glucides à chaînes complexes qui doivent être cassées par la digestion pour être ainsi transformées en glucides à chaînes simples plus facilement assimilables et exploitables par l’organisme. Seulement, le chat ne possède pas les outils digestifs nécessaires pour se permettre de consommer des céréales.
Alors pourquoi adjoindre des céréales dans les croquettes ?
Là encore parce que les céréales sont moins chères à produire et qu’elles permettent d’apporter du poids pour pas cher.
Non seulement la nourriture industrielle comporte des matières premières inappropriées mais en plus elles sont de mauvaise qualité. En effet, les protéines animales contenues dans les pâtées ou les croquettes proviennent de déchets d’animaux après équarrissage des carcasses. Il s’agit là de recyclage industriel et si vous donniez ces aliments bruts, non transformés, à votre chat, vous constateriez qu’il n’en voudrait probablement pas.
Enfin, le procédé de fabrication des croquettes, à savoir une cuisson-extrusion, donnera au final un aliment complètement dénaturé dans lequel enzymes, acides aminés (dont la taurine qui lui est indispensable) et vitamines auront été tout simplement détruits. Les macros nutriments auront également subi des transformations majeures. Nous parlons du cas des croquettes mais celui de la pâtée est peu ou prou identique dans le sens où les matières premières sont cuites. Or, le chat est naturellement un crudivore !
En résumé, la nourriture industrielle, qu’elle provienne d’une marque premier prix de supermarché ou d’une marque de standing élevé de chez votre vétérinaire, ne constitue pas une nourriture appropriée pour la pleine santé et le bien-être de votre animal.

 

Les nutriments dont il a besoin

On considère que le chat a besoin d’une cinquantaine de nutriments pour sa pleine santé. On retrouve en effet ces nutriments dans l’alimentation industrielle (car rajoutés) mais nous venons de voir que les matières premières sont inappropriées et de mauvaise qualité. Si en plus, cette nourriture comporte des ajouts de type compléments alimentaires car la cuisson entraîne la destruction de nutriments essentiels, là encore, quid de leur qualité ?
En termes de besoins nutritionnels, le chat a des besoins en protéines très élevés. Ces besoins vont varier en fonction de son âge, de son sexe et de son potentiel reproductif (stérilisé ou pas). À ce propos et pour faire simple, un jeune chat ou une mère enceinte ou allaitante aura des besoins plus élevés qu’un chat âgé. Le chat a aussi besoin de lipides mais en petite quantité. Elles devront donc être consommées avec modération sous peine de voir votre chat prendre du poids.
En ce qui concerne les glucides, le chat en a besoin de très peu. Il est capable de tirer de l’énergie des protéines voire des lipides. Le problème est que l’alimentation industrielle contient bien trop de glucides notamment à cause de la présence de céréales.
Le chat a des besoins importants en vitamines A, E, D et K ainsi qu’en vitamine B1. Au sujet des minéraux, ses apports en calcium, phosphore et magnésium vont garantir la solidité de ses os et la vitalité de ses muscles.
Remarque au sujet de la taurine : celle-ci est essentielle au chat ! Vous aurez sans doute remarqué qu’elle est souvent ajoutée à l’alimentation industrielle car détruite par le mode d’élaboration, c’est dire si elle est essentielle au chat. Elle est même tout simplement vitale.

 

Les aliments bons pour sa santé

La plupart des vétérinaires de bonne foi considère que la meilleure façon de nourrir votre chat consiste à lui donner en toute confiance des aliments de grandes marques élaborés par des “experts” industriels “spécialistes” de l’alimentation animale. En effet, pour ces professionnels animaliers, cette nourriture complète constitue une diète saine, équilibrée et comportant tous les éléments nutritionnels dont votre chat a besoin.
Très bien mais de quoi se nourrissait le chat avant qu’il ne soit domestiqué par l’homme ? Nous avons vu que le chat est un chasseur né et qu’il se nourrissait des proies qu’il chassait.
Fort de ce constat, que pouvez vous lui donner ?
Pour assurer une santé optimale à votre chat, vous devriez lui donner une alimentation strictement naturelle à base de viande, d’os charnus et d’organes. Ceux ci doivent être impérativement crus et il s’agit là d’un impératif physiologique.
Mais attention, il ne faudra pas passer à la viande crue du jour au lendemain. La transition devra se faire progressivement sur quelques semaines en mélangeant sa nourriture industrielle habituelle avec son nouveau régime. Gardez à l’esprit qu’il doit rééduquer en partie son instinct et ceci n’est pas automatique.
Vous pouvez lui donner du muscle, du foie ou du poumon (si vous avez la chance d’avoir un boucher qui peut vous fournir ce dernier). Les rognons et le coeur (très riche en taurine pour ce dernier) conviennent également tout à fait. D’une manière générale, l’avantage des abats est qu’ils sont particulièrement riches en nutriments essentiels (vitamines et minéraux notamment) dont votre chat a grandement besoin pour être en pleine santé.
Important : le chat ne mange que de la viande fraîche et boudera la viande faisandée ou avariée. En outre, ne hachez pas sa ration, donnez lui telle quelle.
Quels que soient son âge et sa condition, faites des tests afin de savoir ce qu’aime votre chat. Ce qu’il appréciera le plus sera effectivement le mieux adapté pour lui. Cependant, Il ne s’agit pas de lui donner le même type d’aliment à vie. Si par exemple, vous voyez qu’il a de moins en moins tendance à finir son assiette de foie, essayez des rognons. Ou du muscle, etc… Pour mieux le connaître et le comprendre, observez-le !
Remarque : évitez d’inclure des os de poulet à son repas dans la mesure où ils sont très friables et votre chat risquerait de s’étrangler.

En ajustant les aliments que vous fournissez à votre chat, vous répondez à ses besoins naturels et participez activement à l’amélioration de sa santé et de son état général. Vous augmentez ainsi sa longévité et lui permettez de prévenir troubles et maladies.

 

 

Alimentation physiologique du chat
Noter cet article



Vous aimerez également...


 

Envie d'être au Top & en Pleine Santé ?

Recevez gratuitement dans votre boîte mail les annonces & astuces santé réservées aux membres !


Dans le cadre de la nouvelle réglementation européenne RGPD, j'autorise le site www.pleinesantenaturelle.com à enregistrer mon adresse email

Lettre d'information triimestrielle. Votre adresse ne sera pas transmise à des tiers. Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide d'un lien de désinscription ou en faisant une demande via le formulaire de contact.

 

Catégories : Animaux

6
Poster un Commentaire

3 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
marie

Bonsoir. Je suis tout à fait d’accord. Mes chattes consomment exclusivement pour l’une et occasionnellement pour l’autre de la viande crue fraiche et parfois bio. A propos de celle qui prefere,malheureusement trop, de croquettes, elle a depuis quelques temps les deuxièmes paupières apparentes. Je crois savoir que c’est un problème de digestion. Que faire ? Je mets du charbon actif en poudre dans son eau ( je ne sais pas si je fais bien ? ) mais elle ne daigne ps souvent y boire.

marie

Elle est deja allée chez le veto et a eu des antibio. Sans resultats.

marie

Je suis étonnée concernant le charbon et l’absorption des nutriments.

http://www.principes-de-sante.com/traitements/le-charbon-active-efficace-pas-cher-et-oublie

Voir fin de l’article.

Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up