1. Accueil
  2. /
  3. Plantes & compléments alimentaires
  4. /
  5. Acide alpha-lipoïque : l’hyper antioxydant !

 

Vous trouvez que le titre de l’article est pompeux ? Sans doute mais il convenait de trouver le qualificatif adéquat pour ce formidable antioxydant somme toute peu connu.
Un antioxydant naturel, désormais connu sous l’appellation “Antioxydant Universel”,qui permet de prévenir et de traiter un large spectre de troubles de la santé.
Il a bénéficié de nombreuses études dans les années 50 et il revient en force aujourd’hui compte tenu de son universalité et de son efficacité.

 

Acide alpha-lipoïque : l’hyper antioxydant !

 

Qu’est-ce qu’un antioxydant ?

Selon Wikipedia, un antioxydant est une molécule qui diminue ou empêche l’oxydation d’autres substances chimiques.
L’oxydation fait partie d’une réaction qui peut produire des radicaux (appelés communément radicaux libres) qui entraînent des réactions en chaîne destructrices. Les antioxydants sont capables de stopper ces réactions en chaîne en se réduisant avec les radicaux et annihilant ainsi leur action.
Bien que les réactions d’oxydation soient nécessaires à la vie, elles peuvent aussi être destructrices : les plantes et les animaux utilisent et produisent de nombreux antioxydants pour se protéger.
Une déficience ou une absence de production d’enzymes antioxydantes entraîne un stress oxydatif pouvant endommager ou détruire les cellules.

 

Le caractère unique et les propriétés de l’acide alpha lipoïque

Il est un antioxydant universel qui opère tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des cellules apportant ainsi une protection accrue contre les radicaux libres.
-Il est à la fois hydrosoluble (se dissolvant dans l’eau) et liposoluble (se dissolvant dans les graisses) ce qui n’est pas le cas des autres antioxydants.
Il prolonge la durée de vie et donc l’efficacité de tous les autres antioxydants. En effet, les antioxydants perdent généralement leurs propriétés au fur et à mesure qu’ils font leur travail au sein de l’organisme mais l’acide alpha lipoïque possède un caractère unique qui consiste à régénérer les autres antioxydants, leur permettant de poursuivre leurs fonctions métaboliques vitales. Extraordinaire, n’est-ce pas ?
Ainsi, les autres antioxydants sont plus et mieux à même de lutter contre les radicaux libres qui sont liés au vieillissement prématuré, aux maladies cardiaques et à l’inflammation pour ne citer que quelques exemples.
-Il est un inducteur, en combinaison avec la N-acétyl Cystéine, du glutathion qui est un autre antioxydant très puissant jouant un rôle dans la détoxification et dans l’élimination des toxines et de carcinogènes.
Il aide les diabétiques dans le contrôle des neuropathies périphériques auxquelles ils peuvent être sujets ainsi que dans le contrôle de la glycémie.
-Les recherches en cours suggèrent que l’acide alpha-lipoïque pourrait permettre de traiter les accidents vasculaires cérébraux ainsi que la démence.
-L’acide alpha-lipoïque pourrait prévenir la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, les hauts niveaux de cholestérol, la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la cataracte, le vieillissement prématuré, les rides, les troubles cardiaques et les troubles du foie.

 

Deux types d’acide alpha-lipoïque

On distingue deux types d’acide alpha-lipoïque : l’acide alpha lipoïque de type R qui est naturel et l’acide alpha-lipoïque de type S qui lui est synthétique.
La plupart des compléments alimentaires à base d’acide alpha-lipoïque contiennent un mélange à parts égales de type R et de type S.
La forme naturelle n’a jamais été disponible commercialement car elle est trop instable. Néanmoins, en présence de la forme synthétique, elle se stabilise et permet ainsi de conserver ses propriétés.
Au sujet de la recherche scientifique, la quasi-totalité des études a été menée en utilisant ce mélange composé donc de la forme naturelle et de la forme synthétique. Bien qu’elles se ressemblent assez franchement, ces deux formes d’acide alpha-lipoïque ont un fonctionnement différent au sein de l’organisme.

Le type R

On le trouve au naturel parmi les plantes et les animaux. Il est présent dans chaque cellule de l’organisme où il opère, notamment, à la conversion du glucose en énergie.
Comme nous l’avons vu, il combat les radicaux libres pouvant affecter les organes et les tissus.

Le type S

Il s’agit donc de la forme synthétique de l’acide alpha-lipoïque et on ne la trouve pas dans la nature. Comme précisé, cette forme synthétique permet la stabilisation de la forme naturelle en vue de sa conservation mais par contre, elle tend à diminuer son efficacité.

 

Les quelques sources alimentaires d’acide alpha lipoïque

De nombreux aliments contiennent de l’acide alpha lipoïque en petite quantité : la viande rouge et en particulier les organes, les épinards, les brocolis, les pommes de terre, les tomates, les choux de Bruxelles, les betteraves, les carottes, les levures et le son de riz.

 

Comment prendre de l’acide alpha-lipoïque ?

Toute décision de prise d’acide alpha-lipoïque doit se faire en accord avec votre médecin traitant :

Les autorités de santé de l’union européenne recommandent de 200 à 300 mg par jour dans le traitement des neuropathies périphériques résultant du diabète.
Pour une utilisation en tant qu’antioxydant général, de 20 à 50 mg par jour sont recommandés. De nombreuses études reportent néanmoins que la plupart des gens tolère très bien l’acide alpha lipoïque jusqu’à 600 mg par jour.
Au sujet de l’action anti-âge, des spécialistes recommandent régulièrement 400 mg par jour.
Les personnes diabétiques ou souffrant d’une maladie du foie peuvent prendre de 800 à 1600 mg par jour.

Important : pour une prise quotidienne d’acide alpha lipoïque > à 200 mg, il est vivement recommandé de diviser l’apport en plusieurs doses afin de amximiser son efficacité et que vous prendrez 30 minutes avant les repas. À noter que l’acide alpha-lipoïque est mieux absorbé par un estomac vide.

 

Effets secondaires de l’acide alpha lipoïque

Les diabétiques doivent consulter leur médecin avant de prendre de l’acide alpha-lipoïque car celui-ci pourrait réagir avec l’insuline et causer de l’hypoglycémie.
Les personnes souffrant d’un trouble du foie ou des reins, d’hypoglycémie ou d’un trouble de la thyroïde doivent aussi consulter leur médecin au préalable.
Au sujet des effets secondaires, le seul qui ait été reporté concerne de très hautes doses d’acide alpha lipoïque qui peuvent provoquer des irrégularités du rythme cardiaque.

Note : ne pas confondre l’acide alpha lipoïque que l’on désigne couramment en tant qu’ALA et l’Acide Alpha Linoléique des oméga 3 que l’on désigne de la même manière.

 

Références

1. Alpha-lipoic acid – University of Maryland Medical Center – https://umm.edu/health/medical/altmed/supplement/alphalipoic-acid
2. Faust A, Burkart V, Ulrich H, et al. Effect of lipoic acid on cyclophosphamide-induced diabetes and insulitis in non-obese diabetic mice. Int J Immunopharmacol. 1994;16:61-66.
3. Lynch MA. Lipoic acid confers protection against oxidative injury in non-neuronal and neuronal tissue. Nutr Neurosci. 2001;4(6):419-438.
4. Packer L, Witt EH, Tritschler HJ. Alpha-lipoic acid as a biological antioxidant. Free Rad Bio Med. 1995;19(2):227-250.

 

 

Vous aimerez également...



Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

  Subscribe  
Me notifier des
Show Buttons
Hide Buttons
Scroll Up