Accueil > Alimentation > Grossesse et approche naturopathique

Grossesse et approche naturopathique

Publié le 26 août 2016 par PleineSantéNaturelle

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

 

Félicitations pour votre grossesse et cette belle aventure de la maternité qui s’annonce ! Il s’agit là d’un beau moment dans votre vie : émotion, excitation, appréhension, curiosité et intrigue sont généralement au rendez-vous.
Si vous souhaitez améliorer votre santé et celle de votre futur enfant, je vous invite à consulter la suite de cet article. Agréable lecture !

 

Grossesse et approche naturopathique

 

L’impact du régime alimentaire

J’ai constaté qu’il est parfois difficile de trouver de l’information nutritionnelle spécifique de chaque trimestre de la grossesse. Tout au long de votre grossesse, vos besoins en vitamines et en minéraux sont légèrement différents donc plutôt que d’écrire un article à propos de la grossesse et de l’alimentation en général, j’ai tenu à faire la distinction pour chaque trimestre de la grossesse.

1er trimestre

Le premier trimestre est souvent caractérisé par des nausées, une mauvaise digestion et de la fatigue. À ce stade, vous pouvez tout à fait être complètement repoussée par certains aliments et être très sensible aux goûts et aux odeurs. La plupart des femmes auront tendance à préférer des aliments fades à ce stade de la grossesse. Les recherches en anthropologie ont montré que cet aspect serait un moyen pour les femmes nouvellement enceintes de protéger leur bébé en évitant des aliments potentiellement avariés.
Au cours du premier trimestre, les besoins du bébé sont relativement bas et il n’est pas spécialement nécessaire d’accroître son apport en calories à moins que votre indice de masse corporelle ne soit inférieur à la normale. Si votre indice de masse corporelle est bas, il est préférable de commencer à augmenter les portions de nourriture afin d’atteindre une valeur d’indice satisfaisante.
Afin d’obtenir les nutriments adéquats qui sont essentiels au développement de votre bébé, choisissez une large variété d’aliments bruts et confectionnez des repas attrayants afin de satisfaire votre palais capricieux.
Si toutefois vous deviez limiter vos apports alimentaires en raison de nausées ou de problèmes digestifs, assurez-vous de compenser avec un multi-vitamines prénatal  (parlez-en avec votre médecin traitant).
Étant donné que le placenta ne filtre pas les aliments que vous ingurgitez, les petits organes en développement de votre bébé sont exposés aux mêmes substances que celles auxquelles vous êtes vous-même exposée. Ainsi, il conviendra de limiter l’ingestion de pesticides, de bactéries, de métaux lourds, d’additifs alimentaires chimiques et autres toxines.

Évitez donc :

-Café, thé, sodas, boissons énergisantes et alcool
-Le tabac
-La viande crue, le poisson cru, les œufs crus, le lait cru et le fromage
-L ‘aspartame : à doses élevées, il peut entraîner des malformations congénitales
-Le soja (qui selon moi ne devrait être consommé par personne sauf sous une forme fermentée : Miso et Natto)
-La junk Food et les plats industriels
Les acides gras trans (margarines, huile chauffée donc les fritures)
Le sucre

Assurez-vous de :

-Manger des aliments bruts, frais et riches en nutriments
-Laver soigneusement vos fruits et légumes
Manger bien cuits les produits animaux
-Avoir des apports suffisants en oméga 3 qui sont essentiels au développement du cerveau de votre bébé. Vous pourrez en trouver dans le poisson mais assurez-vous, c’est très important, de ne choisir que des petits poissons tels que la sardine et le maquereau qui ont une teneur en mercure plus faible que les gros (saumon et surtout thon, interdit aux femmes enceintes en Suède pour ce dernier).
-Dormir suffisamment, écouter votre corps et avoir du repos quand vous en ressentez le besoin.
-Prendre un supplément d’acide folique à hauteur de 400 µg (parlez-en avec votre médecin).
-Choisir des aliments complets plutôt que leur forme raffinée.
-Augmenter votre consommation d’eau
-De préférer des aliments biologiques si votre budget le permet.

Tout au long de votre grossesse, vous aurez besoin d’une abondance de vitamines et de minéraux que vous trouverez dans des aliments riches en nutriments. Il s’agit d’aliments entiers et bruts comme les huiles végétales non hydrogénés, des légumes verts, des légumes colorés, des fruits, des noix, des graines, des viandes non transformées.

Un nutriment important pour le premier trimestre :
il est désormais recommandé aux femmes enceintes d’avoir des apports suffisants en acide folique tout au long du premier trimestre. Ce nutriment joue un rôle essentiel dans la synthèse de l’ADN, l’expression des gènes et le bon développement du système nerveux. Augmentez donc votre consommation d’épinards, de chicorée, de cresson, de noix, de pois chiches ou de melons.

2ème trimestre

A ce stade, les nausées et la fatigue ne concernent en général plus la plupart des femmes. Maintenant que votre appétit et de retour, concentrez-vous désormais sur les aliments riches en nutriments. Les recommandations exposées précédemment restent valables pour le second trimestre de grossesse. Consommez des aliments bruts, entiers et relativement denses.
Il est un mythe qui a tendance à perdurer au sujet de la grossesse et qui consiste à croire qu’il faut manger pour deux. Désormais, la médecine prénatale précise qu’il convient, certes d’augmenter sa consommation alimentaire, mais pas de manière excessive car une trop forte augmentation de la masse corporelle pendant la grossesse est parfois associée à la survenue d’un diabète gestationnel de la mère et un risque plus élevé de diabète et d’obésité plus tard dans la vie pour le bébé. Ceci étant écrit, prendre trop peu de poids pendant la grossesse est déconseillé car le bébé risque de ne pas obtenir suffisamment de nutriments nécessaires à son bon développement. Pour conclure, l’apport calorique pour le second trimestre devrait augmenter d’environ 300 à 400 calories par jour.

Des nutriments importants pour le second trimestre :

Le fer dont vos besoins augmentent au cours du deuxième et du troisième trimestre. Il est généralement recommandé de prendre un supplément de fer à partir de la 12e semaine (ceci-dit, parlez-en avec votre médecin car on précise désormais que ceci n’est valable que pour les femmes sévèrement anémiées et depuis un bon moment) ainsi que d’augmenter vos sources de nourriture en contenant : viande rouge, dinde, sardine, graines de courge, lentilles légumes verts. Bien que le foie soit une source importante de fer, il ne devrait pas être consommé pendant la grossesse en raison de sa forte concentration en vitamine A qui peut éventuellement mener à des malformations.

Le zinc : essentiel tout au long de la grossesse pour la production d’hormones et le développement cellulaire. Les femmes qui prennent des suppléments de fer supérieurs à 30 mg par jour en particulier devraient augmenter leur consommation de zinc car des doses élevées de fer interfèrent avec la bonne absorption de celui-ci.

La vitamine C : elle est une vitamine majeure au cours de la grossesse et contribue, entre autres, à un système immunitaire sain, à la production d’hormones et à l’absorption de fer. Si vous mangez des fruits et des légumes frais à chaque repas, vous êtes globalement assurée d’obtenir un taux adéquat.

Le magnésium : il joue un rôle important dans l’absorption du calcium, dans le métabolisme des protéines et des glucides. Il peut prévenir l’hypertension artérielle et une carence en celui-ci pourrait être la cause de crampes dans les jambes que vous pourrez éventuellement rencontrer.
On trouve du magnésium dans les graines de courge, les noix du Brésil, les haricots, les amandes, les noix de cajou, les pignons de pin et le flétan.

La vitamine D : essentielle à l’absorption du calcium et à la production hormonale. Allez souvent à l’extérieur, faites de l’exercice (raisonnablement et adapté à la grossesse), l’air frais et la vitamine D vous seront bénéfiques !

Des fibres : la constipation n’est pas rare au cours du second et du troisième trimestre. Comme votre abdomen devient plus encombré et que les muscles lisses de la paroi intestinale se détendent afin de permettre une meilleure absorption des nutriments, votre transit devient plus lent.
Augmentez donc votre consommation d’aliments riches en fibres et gardez à l’esprit que plus vous consommerez de fibres plus vous aurez besoin de consommer d’eau.

À partir du deuxième trimestre commence le temps joyeux de la grossesse qui fait suite à l’inconfort du premier trimestre. Maintenant que votre énergie est de retour, faites un peu d’exercice physique adapté à la grossesse. C’est aussi peut-être le temps de prendre des vacances et de partir en voyage si vous pouvez vous le permettre.

3ème trimestre

Les apports en nourriture évoluent pendant la grossesse car les besoins de votre organisme et de celui de votre bébé évoluent également.
Au cours du troisième trimestre, votre métabolisme augmente ainsi que votre appétit et il convient de viser un gain de poids autour de 500 g par semaine. Ceci dit chaque femme étant différente, cette valeur peut varier.
Afin de calmer votre faim et d’obtenir suffisamment de nutriments, vous devrez sans doute modifier vos repas en mangeant des petits repas plus fréquents, en particulier si vous êtes sujette aux reflux acides (un phénomène somme toute commun au cours du troisième trimestre) ou si vous avez tendance à vous sentir rassasiée en milieu de repas (on peut expliquer ce phénomène par le fait que votre utérus a tendance à presser le ventre).
C’est au cours du troisième trimestre que votre bébé possède le plus de papilles qu’il n’en aura jamais, ce qui signifie qu’il a la possibilité de goûter lui aussi les aliments que vous mangez. Voilà donc un autre argument en faveur d’une alimentation variée. Une alimentation variée et équilibrée riche en fruits et légumes est toujours valable avec une attention particulière pour les nutriments suivants (par ordre d’importance) :

Le fer : en raison d’une augmentation du volume sanguin, le nombre de globules rouges augmente de 30 % au cours de la grossesse. En plus de manger des aliments riches en fer, il est recommandé que les femmes prennent un supplément à partir du deuxième trimestre (ceci-dit, parlez-en avec votre médecin car on précise désormais que ceci n’est valable que pour les femmes sévèrement anémiées et depuis un bon moment). Pensez à combiner des aliments riches en fer avec des aliments riches en vitamine C, cette dernière favorisant une meilleure absorption du fer.

Les folates : un niveau suffisant est essentiel tout au long de la grossesse et on en trouve en abondance dans les grains entiers et les légumes verts (épinards en particulier).

Le calcium : les besoins sont à son apogée au cours du troisième trimestre lorsque les os du fœtus finissent de se constituer. Concentrez-vous sur de bonnes sources de calcium qui comprennent les sardines avec leurs arêtes, les graines de sésame, les amandes et les légumes verts foncés. Veuillez noter que la bonne absorption du calcium est perturbée par le fer (et inversement) et assurez-vous d’éviter de combiner des aliments riches en fer et des aliments riches en calcium au cours d’un même repas.

La vitamine C dont un régime alimentaire riche en fruits et légumes frais permet de répondre à vos besoins. Assurez-vous de consommer des poivrons, des fraises, des kiwis, des oranges, des brocolis et des choux de Bruxelles.

Les protéines : les besoins atteignent un niveau record à ce stade de la grossesse en raison de l’augmentation de la constitution des tissus. Les protéines doivent être variées et ne pas seulement provenir de produits animaux. Les légumineuses constituent un bon choix de protéines car contenant également des fibres précieuses permettant de prévenir la constipation. Elles contiennent également des minéraux importants pour la santé de la mère et de l’enfant comme l’acide folique, le calcium, le fer et le zinc.
Le poisson est également un choix judicieux car facile à digérer et contenant les précieux acides gras oméga 3.

Eau : boire plus d’eau concourt à une meilleure élimination, une meilleure digestion et au maintien d’une bonne humeur.

Souvenez-vous que le troisième trimestre est aussi un moment de préparation à l’accouchement. Voilà pourquoi il est important d’avoir un régime alimentaire approprié, de s’octroyer beaucoup de repos et de détente.

 

En terme d’hygiène de vie

Du sommeil et un repos adéquat ne doivent pas être sous-estimés. Les nausées pendant la grossesse sont souvent accompagnées de fatigue et plus vous êtes fatiguée, plus vous ressentez des nausées. Idéalement, il conviendrait de dormir 12 heures au cours du premier trimestre car cela permet à l’organisme de poursuivre, au cours du sommeil, son travail miraculeux. Souvenez-vous que votre corps assure la bonne « construction »de votre bébé

L’exercice physique doit être encouragé et poursuivi tel que vous le faisiez avant la conception. Par exemple, si vous pratiquiez la course à pied avant d’avoir conçu votre enfant, un footing très léger pourra être poursuivi facilement. Le tout est de faire en sorte de maintenir votre rythme cardiaque en dessous de 130 battements par minute tout au long de la grossesse, ce qui implique que certaines activités physiques doivent être mises de côté.
Si vous pratiquez le yoga ou le pilates, faites part de votre grossesse à votre instructeur car certaines postures ne sont pas recommandées.

En outre :

-Évitez les spas, les saunas et les bains très chauds
-Evitez les massages au cours du premier trimestre
-Evitez le contact avec les bactéries pathogènes (notamment au cours du changement de la litière d’un chat et ne prenez pas celui-ci avec vous dans votre lit)
-Un certain nombre d’huiles essentielles sont à éviter au cours de la grossesse en particulier au cours du premier trimestre. Parlez-en à un aromathérapeute reconnu et compétent pour plus de détails.

 

Bilans réguliers de santé

Parlez avec votre médecin des divers examens à pratiquer durant la grossesse. Pour plus d’informations à ce sujet, je vous invite à consulter cet article.

 

Troubles courants au cours de la grossesse

Nausées matinales

Le gingembre peut être utilisé sous forme d’infusion pour soulager les nausées. Vous pouvez sucrer votre infusion avec du miel. Autant que possible utilisez du gingembre frais.

Acidité de l’estomac

Les enzymes digestives issues de la papaye sont connues pour avoir un effet apaisant en cas de brûlures d’estomac dont se plaignent parfois les femmes pendant la grossesse. Les enzymes de papaye soulagent l’acidité du système digestif.
D’autres herbes peuvent aider dans pareil cas comme la racine de gingembre, la camomille, la menthe poivrée et le fenouil.

Acné hormonale

Certaines femmes font face à de l’acné d’origine hormonale au cours de la grossesse. De nombreux produits cosmétiques et autres médicaments contre l’acné contiennent des ingrédients douteux qui peuvent nuire au fœtus.
Vous pouvez vous nettoyer le visage avec un nettoyant naturel et appliquez ensuite quelques gouttes huile d’olive auxquelles vous aurez ajouté une goutte d’huile essentielle de lavande. Cette mixture aidera à équilibrer votre peau. Toutes les huiles essentielles ne sont pas sans danger au cours de la grossesse et il convient de consulter un aromathérapeute avant de songer à en utiliser.

Constipation

Les femmes se plaignent souvent de constipation au cours de la grossesse. Un apport accru en liquides et en fibres aidera à soulager la constipation.

 

Autres approches naturelles

Acupuncture

Etant donné qu’il convient d’être prudente lorsqu’il s’agit de se soigner au cours de la grossesse dans la mesure où de nombreux médicaments sont à proscrire, il peut être pertinent de se tourner vers des approches naturelles et douces comme l’acupuncture qui pourra vous aider à soulager les problèmes de nausées, de jambes lourdes et tous les petits malaises qui surviennent au cours des premières semaines de la grossesse.
D’un point de vue de la médecine traditionnelle chinoise, la grossesse peut entraîner des excès ou des ralentissements énergétiques qui se traduisent par des troubles.
Pour chaque affection survenant au cours de la grossesse, l’acupuncteur peut stimuler judicieusement des points d’acupuncture et permettre ainsi d’obtenir une amélioration voire un réel soulagement.

Homéopathie

L’homéopathie est une autre approche qui peut aider à soulager nombre de petits maux tels que des problèmes veineux, des nausées, des douleurs ou des troubles du sommeil. Tournez-vous vers un médecin homéopathe si vous souhaitez envisager cette solution.

Massage

Un massage est à la fois bon pour la maman et pour le fœtus. Il permet à la maman de se détendre et de se sentir mieux. Il existe des massages destinés à la future maman qui peut être pratiqués par des sages femmes, des obstétriciens, des infirmières ou tout autre professionnel de santé ayant reçu une formation adéquate. En règle générale, il convient d’attendre au moins trois mois, que le fœtus soit « stabilisé » avant qu’une femme enceinte n’envisage de se faire masser.

 

Références

1. Body Mass Index, Weight Gain during Pregnancy and Obstetric Outcomes – V N Addo – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2994149/
2. Pregnancy nutrition: Foods to avoid during pregnancy – http://www.mayoclinic.org/healthy-lifestyle/pregnancy-week-by-week/in-depth/pregnancy-nutrition/art-20043844?pg=1
3. Is Soy Safe During Pregnancy ? – http://www.fitpregnancy.com/nutrition/prenatal-nutrition/soy-safe-during-pregnancy
4. Folic Acid Supplementation and Pregnancy: More Than Just Neural Tube Defect Prevention – James A Greenberg, MD, Stacey J Bell, DSc, RD, Yong Guan, MD, and Yan-hong Yu, MD, PhD – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3218540/
5. Omega-3 Fatty Acids and Pregnancy – Jaclyn M Coletta, MD, Stacey J Bell, DSc, RD, and Ashley S Roman, MD, MPH – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3046737/
6. The Impact of Maternal Obesity on Maternal and Fetal Health – Meaghan A Leddy, Michael L Power, PhD, and Jay Schulkin, PhD – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2621047/
7. Pregnancy and birth: Do all pregnant women need to take iron supplements ? – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0072758/
8. Gain Weight Safely During Your Pregnancy – http://www.webmd.com/baby/guide/healthy-weight-gain#1
9. Maternal protein deficiency during pregnancy ‘memorized’ by fetal muscle cells – https://news.illinois.edu/blog/view/6367/249355
10. Physical Activity and Exercise During Pregnancy and the Postpartum Period – Committee on Obstetric Practice – http://www.acog.org/Resources-And-Publications/Committee-Opinions/Committee-on-Obstetric-Practice/Physical-Activity-and-Exercise-During-Pregnancy-and-the-Postpartum-Period
11. Effects of ginger capsules on pregnancy, nausea, and vomiting. – Ozgoli G, Goli M, Simbar M – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19250006
12. Papaya Enzymes & Pregnancy by KIRSTIN HENDRICKSON – http://www.livestrong.com/article/358634-papaya-enzymes-pregnancy/
13. Research on Acupuncture in Pregnancy and Childbirth: The U.S. Contribution – Elizabeth Soliday, PhDcorresponding author and Patrice Hapke, LAc – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3746244/
14. “An Emprical Study of Role of Homeopathy in Pregnancy” Dr. JiyaHilal (HarjotKour), Dr.H.A Manzoor – http://www.iosrjournals.org/iosr-jdms/papers/Vol9-issue5/C0951417.pdf?id=6532
15. Pregnancy Massage – http://www.webmd.com/baby/pregnancy-and-massage

 

 

 


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les prochains articles et les astuces santé réservées aux inscrits !






Lettre d'information trimestrielle. Nous vous garantissons que votre adresse ne sera pas transmise à des tiers.

 

AVERTISSEMENT

L’objectif de cet article/blog n’est pas de traiter, de diagnostiquer, ni de prescrire. Les informations contenues ne doivent en aucun cas remplacer l’avis d’un médecin. Ce matériel à visée informative a pour objectif d’aider à entretenir sa santé. L’auteur et l’éditeur déclinent toute responsabilité concernant l’interprétation de ce texte.

Compte tenu de l'évolution permanente des sciences médicales et nutritionnelles, le contenu (tout ou partie) de cet article n'est peut-être plus à jour au moment où vous le lisez. Veuillez noter que je me remets régulièrement en question, ce qui me permet d'apporter des mises à jour ou corrections si besoin.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz

 

A propos de l’auteur

Vignette Emmanuel Luttwiller pleine santé naturelle    

PleineSantéNaturelle




Naturopathe à Grenoble et en ligne (par Skype), je suis éditeur, auteur et fondateur du site Pleinesantenaturelle.com.
Mon souhait, à travers ce site, est de pouvoir fournir à chacun les rudiments de base pour être en pleine santé.
Je me passionne pour la santé au naturel depuis maintenant 10 ans et plus le temps passe, plus je m'aperçois que cette aventure est vaste et c'est pour moi un formidable moteur !

Vous pouvez me suivre sur Twitter et Facebook.

Faire un don

Si vous souhaitez me donner un coup de pouce pour le temps consacré à la rédaction des articles ou pour le financement de l'hébergement du blog, c'est ici :