Accueil > Articles populaires > Fatigue chronique, glandes surrénales épuisées [1/3]

Fatigue chronique, glandes surrénales épuisées [1/3]

Publié le 26 mai 2015 par PleineSantéNaturelle

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

 

Quand on parle de fatigue chronique, Il peut être question d’un défaut de vitalité des glandes surrénales.
D’une manière générale, une part de plus en plus importante des habitants des pays occidentaux est concernée, à divers degrés bien entendu, sans même le soupçonner.
Il faut savoir que les glandes surrénales sont des glandes endocrines, ce qui signifie que leur rôle consiste à produire des hormones. Certaines de ces hormones sont l’adrénaline, le cortisol et l’aldostérone qui aident l’organisme à faire face à des situations de stress. Lorsque les glandes surrénales sont épuisées suite au stress continuel et excessif, le corps n’a plus les moyens de gérer celui-ci et de s’assurer un fonctionnement optimal dans pareil cas.

 

Fatigue chronique glandes surrénales épuisées 1 sur 3

 

Les symptômes

Les symptômes d’un trouble du fonctionnement des glandes surrénales sont multiples. Nous pouvons distinguer une glycémie instable, de l’anxiété, de l’irritabilité, de la dépression, parfois une tension assez faible. Ajoutez à cela de fréquents troubles de la digestion ou des infections à répétition. Mais ce n’est pas tout, en vrac :

-Allergies diverses.
-Insomnie, anxiété, irritabililté.
-Troubles de la glande thyroïde (hypothyroïdie ou hyperthyroïdie).
-Dérèglements hormonaux.
Syndrome prémenstruel.
-Troubles du comportement (TOC, dépression, troubles bipolaires).
-Douleurs articulaires et musculaires.
-Fatigue
-Difficulté à récupérer après un exercice physique (fatigue intense ressentie après l’entraînement durant 20-30 minutes)
-Maux de tête avec stress physique ou mental
-Système immunitaire déprimé et allergies
-Difficultés à démarrer la journée
-Ulcères Gastriques
-Se sentir gonflé(e)
-Envie de bonbons, de caféine ou de cigarettes
-Vision floue
-Comportement instable
-Légers tremblements si les repas sont manqués ou retardés
-Difficultés d’endormissement et insomnie
-Etourdissements lors du passage de l’assise à la position debout
-Vertiges
-Asthme
-Hémorroïdes, varices

Chacun de ces symptômes entraîne bien souvent un cercle vicieux, laissant en apparaitre d’autres. En effet, quand ceux-ci vous empêchent, par exemple, de passer une nuit sereine et réparatrice, il devient compliqué d’inverser cette tendance délétère d’épuisement généralisé.
Toute votre vie sociale et professionnelle s’en trouvent affectées, tout simplement parce que vous ne disposez plus de suffisamment d’énergie et de capacité à pouvoir la restaurer.

Les causes

De nombreux facteurs entrent en ligne de compte dans le cadre de la fatigue surrénalienne mais ce sont le stress, notre mode de vie, les stimulations permanentes et les polluants de notre environnement moderne qui se distinguent.
En effet, nous subissons un flot permanent de stimulations diverses et variées (télévision, téléphones portables, publicité, musique). Nous sommes exposés à des toxines chimiques et à de nombreux polluants perturbateurs. Le bruit, les champs électromagnétiques ont des conséquences marquées et finissent par engendrer un stress excessif auquel l’organisme ne peut plus répondre.
Ajoutez à cela une alimentation peu adaptée, beaucoup trop riche en glucides simples qui a pour conséquence de stresser les glandes surrénales les obligeant à une production prolongée et soutenue de cortisol (l’hormone du stress). Une alimentation beaucoup trop pauvre en nutriments essentiels nécessaires à leur bon fonctionnement et à celui de l’organisme en général.
Mais ce n’est pas tout, nous pouvons distinguer le problème de plus en plus fréquent des métaux lourds qui entraînent un déséquilibre de la flore intestinale et provoquent une inflammation permanente de l’intestin, empêchant la bonne absorption des nutriments présents, comme nous l’avons dit, en quantité bien trop insuffisante dans les aliments que la plupart d’entre nous a l’habitude de consommer.
Pire, l’usage excessif de café, d’alcool, de sucre, si tant est qu’ils apportent réellement un quelconque mieux-être, aggrave ce phénomène d’épuisement chronique. Faire usage de tels stimulants revient à donner des coups de cravache à un cheval, qui aurait galopé toute une journée, pour qu’il continue à avancer.
Dans un même registre, l’excès de sport, le visionnage de films violents, l’écoute de musique agressive et à fort volume épuisent toujours plus les glandes surrénales.

Mis à jour du 17/03/2017 : à force de me documenter sur le sujet et de recevoir en consultation des personnes concernées, je me suis aperçu qu’il existe une autre cause : la prolifération du Candida Albicans et les métaux lourds qui perturbent le bon fonctionnement de concert de la glande thyroïde et des glandes surrénales.

Que faire pour inverser la tendance ?

Dans ce premier article consacré à la fatigue chronique conséquente d’un épuisement des glandes surrénales, nous nous concentrerons sur des solutions simples, basées essentiellement sur des changements d’habitudes comportementales.
Dans les prochains articles consacrés à la fatigue surrénalienne, nous aborderons les modifications à apporter à l’alimentation et nous étudierons les quelques plantes et compléments alimentaires pouvant apporter un coup de pouce.

Ce qu’il parait salutaire de réduire

Il parait nécessaire de réduire les stimulations qui, à la longue, constituent d’importants facteurs de stress.
Avez-vous réellement besoin de consulter, dans la minute, le SMS que vous venez de recevoir alors que vous êtes chez vous en train de souffler après une journée de travail ? 😉
Pourquoi ne pas mettre votre téléphone en mode silencieux et prévenir progressivement vos proches que vous avez grandement besoin de repos sur du moyen terme et que vous serez de moins en moins joignable le soir ? Simple suggestion…
Il peut être agréable, le soir après une rude journée, de s’asseoir dans son canapé et de regarder la télévision. Ceci-dit, ne vaudrait-il pas mieux éviter les émissions stimulantes tels que les jeux, aussi divertissants soient-ils ?
Songez peut-être également à modérer les films à suspense, ça a beau être du cinéma, votre inconscient traite ces informations comme si elles étaient réellement avérées, engendrant ainsi l’entretien du stress et de l’état d’alerte de l’organisme.
Quant à la tablette tactile et à l’ordinateur, limitez leur usage au tout début de soirée. En effet, la luminosité de leur écran, via la lumière bleu invisible, perturbe la bonne production de l’hormone du sommeil, la mélatonine, qui a besoin d’une faible luminosité ambiante pour le déclenchement de sa production dans le cerveau.
Je pourrais imaginer que vous vous dîtes que je fais là un sacré rabat-joie avec ces suggestions et j’en ai bien conscience mais il n’y a guère de secret : ce sont le repos et un bon sommeil qui vous permettront de restaurer vos glandes surrénales et de retrouver énergie et vitalité !

Ce qu’il parait salutaire de privilégier

Les techniques de détente et de relaxation représentent de précieux outils permettant de contrer le stress chronique.
La respiration est un phénomène naturel que le stress a tendance à accélérer et à saccader.

« Avoir conscience de sa respiration »

Vous pouvez vous concentrer sur votre respiration en vous focalisant sur l’air qui entre puis qui ressort de vos poumons selon le principe de la méditation dite de « pleine conscience ». Ralentissez-la consciemment et progressivement. Très rapidement, vous constaterez que les battements de votre coeur ont eux aussi tendance à ralentir. Vous vous sentez déjà plus détendu(e) ! Il est facile d’apprendre des petits exercices respiratoires que vous pourrez pratiquer en tous lieux et en toute discrétion.
Dans cette perspective, je vous invite à vous pencher sur la cohérence cardiaque qui représente une des techniques les plus rapides à assimiler (moyennant une semaine d’entraînement à raison de 3 fois 5 minutes par jour) et les plus efficaces qui soit en terme de bienfaits obtenus.

L’activité physique d’intensité faible à modérée constitue une véritable invitation à la détente. Vous pouvez pratiquer la marche, la danse, le jardinage, une tâche ménagère, le bricolage et ce, pour une durée de vingt à trente minutes au quotidien.
Allez-y doucement, ne forcez pas, vous pourrez vous adonner à des activités physiques plus intenses lorsque vous aurez récupéré la vitalité qui vous fait défaut aujourd’hui. En effet, gardez à l’esprit qu’en moyenne après 45 minutes d’effort physique conséquent, les glandes surrénales se mettent à produire du cortisol.
Au cours, d’une séance de sport, observez les réactions de votre corps, soyez à l’écoute de celui-ci et cette séance sera ainsi réellement bénéfique…

Le soir, pendant et après la pratique des techniques de détente et de relaxation, privilégiez une atmosphère apaisante. A commencer par un éclairage à faible luminosité pour éviter la stimulation et favoriser la production de la fameuse mélatonine évoquée plus haut.

Préparez-vous ainsi à accueillir le sommeil et il vaut mieux car c’est bien lui qui est véritablement salvateur : nous avons quasiment tous une dette chronique de sommeil.
Nous savons pourtant tous qu’il est le principal outil naturel de régénération, en général, mais nous avons malheureusement trop tendance à le négliger.
Le temps que nous consacrons à répondre aux stimulations tous azimuts est autant de temps en moins à consacrer à se régénérer par le sommeil. Dormez, dormez, et dormez encore…
« Je vous invite à faire le test suivant » : un soir éclairez-vous à la bougie et constatez à quel point, dès 20h, vous vous mettez à bailler et ressentez l’appel du lit. En effet, nous sommes normalement faits pour fonctionner avec les rythmes naturels. Nous devrions être actifs lorsque le soleil nous éclaire de ses rayons et dormir en leur absence, c’est aussi simple que cela…

Alors le soir, une fois rentré(e) chez vous, pourquoi ne pas couper votre portable ? Pourquoi ne pas envisager de remettre à demain la réponse à ce mail qui n’a somme toute rien d’urgent ?
Pourquoi ne pas baisser l’intensité lumineuse de votre intérieur, diffuser de la musique douce et vous allonger quelques dizaines de minutes en fermant les yeux ?
Soyez « en conscience » de cet environnement favorable et propice à la détente que vous venez de mettre en place et savourez l’instant présent…

Au cours du prochain article, je vous préciserai quelles sont les modifications à apporter à votre régime alimentaire afin de favoriser la régénération de vos glandes surrénales.

Références

1. Betterle C, Morlin L. Autoimmune Addison’s disease. In: Ghizzoni L, Cappa M, Chrousos G, Loche S, Maghnie M, eds. Pediatric Adrenal Diseases. Endocrine Development. Vol. 20. Padova, Italy: Karger Publishers; 2011: 161–172.
2. Neary N, Nieman L. Adrenal insufficiency: etiology, diagnosis and treatment. Current Opinion in Endocrinology, Diabetes and Obesity. 2010;(3):217–223.
3. Adrenal insufficiency and Addison’s disease. National Endocrine and Metabolic Diseases Information Service.
4. Nieman LK. Diagnosis of adrenal insufficiency in adults.
5. Nippoldt TB (expert opinion). Mayo Clinic, Rochester, Minn. Feb. 8, 2014.

 

 


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les prochains articles et les astuces santé réservées aux inscrits !






Lettre d'information trimestrielle. Nous vous garantissons que votre adresse ne sera pas transmise à des tiers.

 

AVERTISSEMENT

L’objectif de cet article/blog n’est pas de traiter, de diagnostiquer, ni de prescrire. Les informations contenues ne doivent en aucun cas remplacer l’avis d’un médecin. Ce matériel à visée informative a pour objectif d’aider à entretenir sa santé. L’auteur et l’éditeur déclinent toute responsabilité concernant l’interprétation de ce texte.

Compte tenu de l'évolution permanente des sciences médicales et nutritionnelles, le contenu (tout ou partie) de cet article n'est peut-être plus à jour au moment où vous le lisez. Veuillez noter que je me remets régulièrement en question, ce qui me permet d'apporter des mises à jour ou corrections si besoin.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Salut

Selon mon expérience concernant la fatigue causé par l’utilisation fréquente des escaliers, il y a des solutions comme l’achat d’un ascenseur ou d’un fauteuil monte escalier, mais c’est une question de prix et de l’annonce.

wpDiscuz

 

A propos de l’auteur

Vignette Emmanuel Luttwiller pleine santé naturelle    

PleineSantéNaturelle




Naturopathe à Grenoble et en ligne (par Skype), je suis éditeur, auteur et fondateur du site Pleinesantenaturelle.com.
Mon souhait, à travers ce site, est de pouvoir fournir à chacun les rudiments de base pour être en pleine santé.
Je me passionne pour la santé au naturel depuis maintenant 10 ans et plus le temps passe, plus je m'aperçois que cette aventure est vaste et c'est pour moi un formidable moteur !

Vous pouvez me suivre sur Twitter et Facebook.

Faire un don

Si vous souhaitez me donner un coup de pouce pour le temps consacré à la rédaction des articles ou pour le financement de l'hébergement du blog, c'est ici :