Accueil > Hygiène de vie > A propos des amalgames dentaires au mercure

A propos des amalgames dentaires au mercure

Publié le 22 mai 2017 par PleineSantéNaturelle

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

 

Le mercure est un poison pour l’organisme : il s’agit d’un métal lourd neurotoxique tellement dangereux que l’organisation mondiale de la santé affirme qu’il n’existe pas de niveau de sécurité satisfaisants pour l’exposition. Ce qui signifie que nous devrions l’éviter de toutes les manières possibles.
Les situation les plus communes qui permettent au mercure de s’introduire dans notre organisme sont la consommation de poissons contaminés (en particulier les poissons gras carnassiers comme le thon) et les amalgames dentaires au mercure (les plombages). Ces derniers libèrent en permanence des vapeurs de mercure que vous ingérez pour le coup et qui se retrouvent par la suite dans le flux sanguin pour enfin aller se déposer sur les organes voire carrément au sein des cellules.
Le mercure s’attaque de manière agressive aux composés soufrés présents dans l’organisme. Ces composés sont essentiels pour nombre de processus biochimiques, en particulier la fonction des enzymes et la production d’antioxydants importants tels que le glutathion. L’exposition au mercure augmente également le taux sanguin d’homocystéine, une molécule associée aux accidents cardiaques.
En outre, le mercure entraîne une augmentation des cytokines pro inflammatoires, interfère avec l’absorption des nutriments intestinaux et épuise les réserves d’antioxydants naturels.

 

A propos des amalgames dentaires au mercure

 

Les liens entre le mercure et les maladies auto-immunes

Les recherches récentes issues de travaux d’immunologistes ont établi un lien entre le mercure et les maladies auto-immunes (à noter que les causes de celles-ci sont multifactorielles). Ces nouveaux résultats mettent en lumière la toxicité du mercure et son rôle dans la survenue de maladies auto-immunes mais également de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer.

 

Les liens entre le mercure et la dépression ou l’anxiété

Il est désormais de plus en plus admis que le mercure peut entraîner de la dépression, de l’anxiété et d’autres troubles de santé mentale. La toxicité du mercure peut entraîner :

-Des dommages aux neurones voire leur destruction
-L’inhibition de neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine et la norépinéphrine (noradrénaline)
-Une inflammation de l’ensemble du système nerveux
-Un blocage de la respiration mitochondriale entraînant ainsi une inhibition de la production d’énergie
-Une baisse des niveaux des folates sanguins. Ces derniers étant directement corrélés à l’humeur
-Une inhibition de l’acétylcholine (un neurotransmetteur associé au sentiment de joie et à la créativité)

 

Les liens entre le mercure et l’hyper-perméabilité intestinale

Le mercure endommage les cellules épithéliales dans l’estomac et l’intestin provoquant ainsi de minuscules trous au niveau de la paroi de l’estomac et de la paroi intestinale. Suite à une étude sur les cellules intestinales humaines publiées dans la revue Cell Biology and Toxicology, les chercheurs ont conclu que le mercure peut altérer la perméabilité de la membrane intestinale.
En raison de cette perméabilité accrue, des protéines non digérées, des particules alimentaires, des toxines et des agents pathogènes – y compris le candida Albicans et la bactérie Helicobacter pylori – peuvent traverser les membranes intestinales et stomachales pour se retrouver directement dans la circulation sanguine, provoquant ainsi une réponse auto-immune.
D’autre part, le mercure entraîne des mutations au niveau des bactéries amies se trouvant dans l’intestin, provoquant ainsi une dysbiose : une condition dans laquelle l’équilibre des bactéries bénéfiques est perturbé au profit de bactéries néfastes.

 

Les liens entre le mercure et la fatigue chronique et la fibromyalgie

L’exposition au mercure, via les amalgames dentaires, apparaît comme étant un facteur majeur du syndrome de fatigue chronique et de la fibromyalgie. Comme nous l’avons vu, le mercure perturbe la respiration mitochondriale et donc la production d’ATP (adénosine triphosphate qui conditionne le niveau énergétique des cellules). Tout comme il entraîne des réactions auto-immunes et des niveaux élevés d’inflammation.

 

Mais ce n’est pas tout

En dehors des troubles évoqués ci-dessus, on considère que le mercure (et plus généralement les métaux lourds) entraîne du diabète, le lupus, la maladie de Parkinson, la polyarthrite rhumatoïde ou encore des sclérodermies.

 

Devez-vous faire extraire vos amalgames au mercure ?

Incontestablement, compte-tenu, comme nous venons de le voir, des nombreux troubles sérieux que le mercure entraîne.
Attention : le retrait des amalgames dentaires au mercure doit être fait dans les règles de l’art sous peine d’aboutir à des dommages bien plus importants que ceux qui existaient avant le retrait. Il y a tout un protocole bien précis à respecter et je vous recommande de vous tourner vers un dentiste holistique qui maîtrise cette pratique.
Une telle intervention (dans les règles de l’art : j’insiste pour avoir moi-même fais les frais il y a plusieurs années d’un retrait olé olé de deux amalgames ayant entraîné par la suite une candidose assez sérieuse) peut se révéler coûteuse mais une option peut consister à se rendre en Hongrie qui s’est spécialisée depuis de nombreuses années dans le tourisme dentaire.

 

Devez-vous envisager de vous détoxifier ?

Là encore oui mais comme pour le retrait des amalgames, il convient d’être très prudent sous peine d’aboutir à des dommages bien plus importants.
Aussi, compte-tenu de la délicatesse et des risques d’une telle entreprise, je vous recommande de vous tourner vers un médecin ou un naturopathe spécialiste des protocoles de chélation.

 

Références

1. Mercure et santé – Oragnisation Mondiale de la Santé – http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs361/fr/
2. Dietary interaction between methylmercury, selenium, arsenic, and sulfur amino acids in Japanese quail – El-Begearmi MM, Ganther HE, Sunde ML – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7088792
3. Homocysteine and the renal epithelial transport and toxicity of inorganic mercury: role of basolateral transporter organic anion transporter – Zalups RK1, Ahmad S – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15284288
4. Toxicology of Autoimmune Diseases – K. Michael Pollard,corresponding author† Per Hultman,§ and Dwight H. Kono – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3076021/
5. Depression and Other Neurotransmitter Related Conditions: The Mercury Connection – http://amalgam.org/education/scientific-evidenceresearch/depression-neurotransmitter-related-conditions-mercury-connection/
6. Mercury & Food Intolerances: Connections with Ulcerative Colitis, IBS, Crohn’s, Skin Conditions, & More – http://amalgam.org/education/scientific-evidenceresearch/mercury-food-intolerances-connections-ulcerative-colitis-ibs-crohns-skin-conditions/
7. Evidence supporting a link between dental amalgams and chronic illness, fatigue, depression, anxiety, and suicide. – Kern JK, Geier DA, Bjørklund G, King PG, Homme KG, Haley BE, Sykes LK, Geier MR – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25617876
8. Mercury Exposure in Young Adulthood and Incidence of Diabetes Later in Life – The CARDIA Trace Element Study – Ka He, MD, SCD, Pengcheng Xun, MD, PHD, Kiang Liu, PHD, Steve Morris, PHD, Jared Reis, PHD, and Eliseo Guallar, MD, DRPH – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3661833/
9. Mercury & Parkinson’s – http://amalgam.org/education/scientific-evidenceresearch/mercury-parkinsons/
10. Mercury-Induced Membranous Nephropathy: Clinical and Pathological Features – Shi-Jun Li, Su-Hua Zhang, Hui-Ping Chen, Cai-Hong Zeng, Chun-Xia Zheng, Lei-Shi Li, and Zhi-Hong Liu – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2827581/
11. Multiple Sclerosis, ALS, Lupus, MCS & Other Conditions – http://amalgam.org/education/scientific-evidenceresearch/multiple-sclerosis-als-lupus-mcs-other-conditions/

 

 


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les prochains articles et les astuces santé réservées aux inscrits !






Lettre d'information trimestrielle. Nous vous garantissons que votre adresse ne sera pas transmise à des tiers.

 

AVERTISSEMENT

L’objectif de cet article/blog n’est pas de traiter, de diagnostiquer, ni de prescrire. Les informations contenues ne doivent en aucun cas remplacer l’avis d’un médecin. Ce matériel à visée informative a pour objectif d’aider à entretenir sa santé. L’auteur et l’éditeur déclinent toute responsabilité concernant l’interprétation de ce texte.

Compte tenu de l'évolution permanente des sciences médicales et nutritionnelles, le contenu (tout ou partie) de cet article n'est peut-être plus à jour au moment où vous le lisez. Veuillez noter que je me remets régulièrement en question, ce qui me permet d'apporter des mises à jour ou corrections si besoin.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz

 

A propos de l’auteur

Vignette Emmanuel Luttwiller pleine santé naturelle    

PleineSantéNaturelle




Naturopathe à Grenoble et en ligne (par Skype), je suis éditeur, auteur et fondateur du site Pleinesantenaturelle.com.
Mon souhait, à travers ce site, est de pouvoir fournir à chacun les rudiments de base pour être en pleine santé.
Je me passionne pour la santé au naturel depuis maintenant 10 ans et plus le temps passe, plus je m'aperçois que cette aventure est vaste et c'est pour moi un formidable moteur !

Vous pouvez me suivre sur Twitter et Facebook.

Faire un don

Si vous souhaitez me donner un coup de pouce pour le temps consacré à la rédaction des articles ou pour le financement de l'hébergement du blog, c'est ici :